Skip to content
Pénurie de main-d’œuvre : incitatifs réclamés par le CPQ


Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) demande des incitatifs pour remettre les personnes âgées sur le marché du travail, s’attendant à ce que le Québec connaisse un creux historique de travailleurs d’ici 2030.

La situation pourrait être pire dans des régions comme l’Est du Québec, où le solde migratoire est négatif.

À l’échelle de la province, il y a plus de 253 000 postes vacants.

LE CPQ demande donc au gouvernement de mettre en place des incitatifs pour inciter les aînés à poursuivre ou à retourner sur le marché du travail.

Il suggère d’accommoder les travailleurs expérimentés, soit en réduisant leurs heures, soit en les encourageant à faire du mentorat. Il offre également des avantages fiscaux afin de ne pas pénaliser les retraités.

Relever l’âge de la retraite différée à 75 ans, bonifier les crédits d’impôt pour prolongation de carrière et éliminer le versement du Régime de rentes du Québec pour les travailleurs de 66 ans et plus font partie des suggestions du CPQ.

« Un travailleur de 66 ans qui paie les cotisations mettra environ dix ans à récupérer son argent. Alors ce qu’on demande, c’est qu’on arrête ces cotisations qui sont obligatoires », a expliqué Victoria Drolet, conseillère au Conseil du patronat du Québec.

Entre autres recommandations, le Conseil du patronat suggère que Québec hausse ses seuils d’immigration.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.