Nouvelles locales

Pas de feu vert pour la réinsertion des soignants non vaccinés

Le gouvernement dit non à la réinsertion des soignants non vaccinés contre le Covid-19. Le ministre de la Santé a annoncé vendredi que le gouvernement suivait l’avis des autorités scientifiques, qui se sont prononcées contre. « L’Académie de médecine, le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé ont un avis convergent (…) c’est négatif » et « Nous suivons les conseils des scientifiques »a déclaré François Braun lors d’un déplacement en Seine-et-Marne, précisant qu’il réunirait « dès le début de la semaine prochaine les syndicats pour leur expliquer la situation ».

Dans la matinée, la Haute Autorité de santé (HAS) avait tranché, jugeant que « les données ne sont pas de nature à remettre en cause aujourd’hui cette obligation de vaccination ». Cette prise de position était très attendue, le débat sur l’opportunité de réintégrer les soignants non vaccinés ayant rebondi ces dernières semaines. Jeudi, les parlementaires avaient aussi décidé qu’une éventuelle réintégration des soignants serait automatique dès que l’autorité aurait donné son accord.

Depuis l’année dernière, les soignants français (médecins, infirmiers) qui travaillent dans les hôpitaux ou les EHPAD, et plus largement les salariés de ces établissements de santé, sont obligés de se faire vacciner contre le covid. Un certain nombre d’entre eux, non vaccinés, très minoritaires, se voient donc interdits d’exercer leur activité. La HAS avance le grand nombre de contaminations, liées à la lignée BA.5 du variant Omicron et s’oppose à l’argument selon lequel les vaccins n’ont plus d’intérêt collectif. Même si ceux-ci ont perdu leur efficacité contre la contamination, celle-ci n’a pas totalement disparu. Et surtout, les vaccins préviennent, dans la grande majorité des cas, la survenue de formes graves. L’obligation de se faire vacciner favorise donc « une meilleure protection des personnes soignées ou accompagnées, en premier lieu les plus vulnérables »rappelle l’instance.

Cet avis va dans le sens de la recommandation de l’Académie de médecine qui, même si elle n’a pas de rôle officiel, a exprimé cette semaine sa « Forte opposition ». Moins décidé, le Conseil scientifique, qui disparaîtra à la fin du mois, a pour sa part déclaré « très réservé » sur cette réintégration. Dans la sphère politique, une partie de l’opposition (LFI, LR et RN) a dénoncé cette situation, jugeant aberrant d’empêcher les soignants d’exercer leur activité au vu de la perte d’efficacité des vaccins et dans un contexte de manque d’effectifs… proportion de personnes suspendues est extrêmement faible dans les hôpitaux.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page