Nouvelles locales

« Panama Papers » : le lanceur d’alerte estime que la Russie « veut sa mort »


Le lanceur d’alerte à l’origine de la révélation des « Panama Papers », vaste système d’évasion et de fraude fiscale opéré dans le monde entier, a dit craindre une réponse des Russes qui veulent « (sa) mort », dans une interview publiée samedi par Le Spiegel.

• Lisez aussi : Qui sont les riches amis de Vladimir Poutine ?

• Lisez aussi : Panama Papers : plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne

Le lanceur d’alerte, interrogé pour la première fois depuis les premières révélations en 2016 par le magazine allemand, dit avoir des preuves de malversations financières de hauts responsables russes et de leurs alliés, qui ont aidé à financer la guerre en Ukraine.

« Les sociétés écrans qui financent l’armée russe sont celles qui tuent des civils innocents en Ukraine alors que les missiles de Poutine ciblent des centres commerciaux », a déclaré John Doe, un pseudonyme utilisé par le lanceur d’alerte.

Ces sociétés « rendent ces horreurs et bien d’autres encore possibles ».

Pour M. Doe, le président russe « Poutine est plus une menace pour les États-Unis qu’Hitler ne l’a jamais été, et les sociétés écrans sont ses meilleures amies ».

Avez-vous peur pour votre vie ?, demande le magazine. « C’est un risque avec lequel je vis, étant donné que le gouvernement russe a exprimé le fait qu’il voulait ma mort », a répondu M. Doe.

Selon lui, la chaîne russe financée par l’État RT a diffusé un docudrame en deux parties sur les « Panama Papers » mettant en scène un personnage, « John Doe », « qui a subi une blessure à la tête causée par la torture ».

« C’était bizarre et pas subtil », a-t-il dit, avant de souligner, « nous avons vu d’autres personnes liées à des comptes offshore recourir au meurtre ». Il en veut pour preuve « les meurtres tragiques de Daphne Caruana Galizia et Jan Kuciak », deux reporters d’investigation tués à Malte et en Slovaquie.

« Les Panama Papers impliquent tellement d’organisations criminelles transnationales différentes, dont certaines ont des liens avec des gouvernements, qu’il est difficile d’imaginer comment m’identifier pourrait être sûr », a déclaré le lanceur d’alerte, qui dit qu’il ne veut pas sortir. de l’anonymat.

Les «Panama Papers» étaient l’un des nombreux documents financiers divulgués révélés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Ces révélations ont entraîné la démission du Premier ministre islandais, et ouvert la voie à l’éviction du dirigeant pakistanais.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page