Ousmane Dembélé a climatisé Montjuïc pour son retour à Barcelone

Montjuïc a promis l’enfer à Ousmane Dembélé et c’est le contraire qui s’est produit. Après avoir joué au FC Barcelone de 2017 à 2023, l’international français retrouve la Catalogne pour un quart de finale retour très décisif ce mardi soir. Désormais sous les couleurs parisiennes, le numéro 10 des Rouge et Bleu, titulaire aux côtés de Kylian Mbappé et Bradley Barcola, était en effet attendu au tournant pour mener son équipe vers un exploit historique. Et pour une bonne raison. Après la défaite (2-3) au Parc des Princes, les champions de France en titre n’ont pas été favorisés par les pronostics puisqu’aucun club français n’est parvenu à se qualifier pour les huitièmes de finale après avoir perdu le match aller. .

La suite après cette annonce

La Catalogne a fait de sa vie un enfer…

Oui mais voilà, avant d’affronter une telle montagne, le feu follet parisien, qui n’a pas hésité à célébrer son but du match aller, a déjà dû composer avec la colère catalane. Toujours aussi frustré par son départ pour la capitale française, le public barcelonais n’a pas tardé à le lui rappeler. Copieusement insulté dès sa sortie du bus lundi après-midi, l’international français (43 sélections, 5 buts) faisait encore l’objet de la haine catalane à quelques heures du coup d’envoi. Des banderoles bien visibles étaient facilement identifiables autour du stade de Montjuïc : « Dembélé, on ne t’a pas oublié Judas », pourrait-on lire sur l’un d’eux. Et ce n’est pas tout.

Lire
Barça-PSG : İlkay Gündoğan fustige Ronald Araujo

D’autres supporters s’adonnaient à coller des photos de Dembélé sur des petits cochons en plastique, tandis que certains s’exhibaient fièrement avec des boîtes de bananes, promettant de les lancer sur l’ancien barcelonais. De faux billets à son effigie ont également été imprimés pour dénoncer sa prétendue cupidité. Un comportement répréhensible et un contexte sulfureux encore visible à quelques minutes du coup d’envoi. Sifflé et insulté lors de l’échauffement, le natif de Vernon était par la suite hué à chaque réception de ballon. Un climat délétère qui pourrait aussi expliquer le début de match brouillon, pour ne pas dire raté, de l’ancien Rennais.

La suite après cette annonce

Un trophée d’homme du match en réponse

Imprécis et peu inspiré dans ses directions, le Parisien a eu du mal à tirer son épingle du jeu face à une défense catalane parfaitement alignée. Bloqué à plusieurs reprises par Joao Cancelo, le Parisien profiterait néanmoins d’un coup du sort pour se sublimer. Dos au mur après l’ouverture du score de Raphinha (12e), le PSG a profité du carton rouge reçu par Ronald Araujo pour inverser complètement le cours de cette rencontre. Dans ce contexte de supériorité numérique, Dembélé a permis aux siens d’égaliser (1-1, 40e) avant de se montrer, une nouvelle fois, décisif en obtenant un penalty finalement transformé par Kylian Mbappé (3-1, 61e). Tout sourire et malgré une dernière vague d’insultes à son départ – remplacé par Randal Kolo Muani (88e) – l’homme du match désigné par l’UEFA mais aussi par notre rédaction est ensuite revenu sur cette soirée si particulière.

« L’accueil du public ? Je l’ai très bien vécu car je l’ai déjà vécu en 2021 en étant sifflé ici à Barcelone. Cela n’affecte pas mon jeu. Les sifflets n’y changent rien. Je suis resté concentré. J’ai tout donné et je suis content de ma performance aujourd’hui. »a assuré l’intéressé au micro de Canal+ avant de se tourner vers la suite des événements. « Tout le monde y a cru même si nous avons perdu 3-2 à l’aller. Nous n’avons pas abandonné. Nous sommes qualifiés. J’ai vu que Dortmund s’était qualifié, une autre équipe pour laquelle j’ai joué. On croise les doigts pour arriver à Wembley. On pensera d’abord à Lyon dimanche et ensuite on se concentrera sur le reste ». Reste désormais à savoir si le numéro 10 parisien devra également affronter le climat éventuellement hostile du Signal Iduna Park…

Pub. LE
Mise à jour

Quitter la version mobile