Skip to content
On trouve de tout en pharmacie

Un samedi après-midi, dans la file d’attente d’une pharmacie parisienne. Une petite fille, avec une longue tresse blonde et un sac en peluche sur le dos, scrute les étagères.

« Qu’est-ce que c’est, bonbon ? »demande-t-elle à sa mère en désignant des sachets colorés.

– Non, ce sont des pastilles pour la gorge, répond la mère.

– Et cela ?, demande encore l’enfant, son petit doigt appuyé sur une boîte métallique.

– C’est de la réglisse.

– Pour la gorge ?

– Non.

– Pourquoi alors ?

– Pour rien. Comme ça. Parce qu’il y a des gens qui aiment ça. »

La petite fille fronce les sourcils. Séparez les lèvres. Une autre question la démange, mais elle sent que sa mère perd patience. Il y a du monde dans la pharmacie, le client devant a une ordonnance aussi longue qu’un bras. Il n’y a aucun progrès et c’est presque l’heure du dîner. Nous n’allons pas chipoter. « Mais, maman… ose enfin le petit, presque en chuchotant. Pourquoi est-ce ici si ce n’est pas de la médecine ? » Silence de la mère. Regard interrogateur de l’enfant. RELANCE : « Candy est normalement au supermarché, n’est-ce pas ? Vous pouvez acheter des bonbons au supermarché. Salut maman? »

La mère finit par répondre que non, pas forcément, qu’on trouve de tout dans les pharmacies, pas que des médicaments, ben là, il y a du dentifrice, et là, regarde, du savon et puis là, des limes à ongles.

Dans quel interrogatoire la petite fille ne se serait-elle pas lancée si, ce jour-là, elle avait repéré le drôle de flacon qui fleurit depuis peu sur les comptoirs des pharmacies ? Une bouteille jaune et bleue, au drôle de nom, posée sur un présentoir où les petits personnages font la fête. Un soda ? Une boisson énergisante ? Non, un verre « 100% naturel »imaginé par deux jeunes entrepreneurs pour lutter contre la veisalgie, plus connue sous le nom de gueule de bois. « On a fait des recherches et on a découvert que les Français passent trois ans de leur vie avec la gueule de bois, donc trois ans de perdus », soulignent les créateurs dans un communiqué. Au Royaume-Uni, ces « une suite difficile »synonyme de baisse de productivité, représenterait une perte de 1,4 milliard d’euros chaque année pour les entreprises. « Personne ne s’est penché sur ce sujet jusqu’à présent »s’étonnent les entrepreneurs, qui l’assurent : « Notre idée n’est pas d’inciter ou de culpabiliser les consommateurs d’alcool, mais d’aider ceux qui, lors d’une soirée festive, ressentent une gêne à la fois dans leur corps et dans leur tête. »

Élaborer  » en laboratoire «  avec des chercheurs sud-coréens, leur produit à base de poire nashi, un fruit originaire du Pays du Matin Calme, rencontrerait déjà un « formidable succès », « avec 32 bouteilles vendues par heure, soit une bouteille toutes les deux minutes ».

Attention, pour une efficacité optimale, il faut anticiper. Car ce liquide magique ne s’avale pas après une consommation excessive d’alcool, mais avant ou, mieux, pendant l’intoxication, « Idéalement après le premier verre, pur ou en mélange avec vos cocktails ». Ceux qui tenteront l’expérience seront rassurés d’apprendre que cette boisson est sans lactose, sans additif, sans caféine et sans soja. Nous n’allons rien avaler ! Oui, on trouve de tout en pharmacie…

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.