Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

« Nous sommes à quelques minutes de la mort » : l’hôpital al-Shifa de Gaza attaqué | Conflit israélo-palestinien Actualités


Les responsables palestiniens de la santé affirment que les bébés placés dans des couveuses se battent pour leur vie alors qu’Israël assiège l’enceinte de l’hôpital.

L’armée israélienne a porté la guerre jusqu’aux portes de l’hôpital al-Shifa, le plus grand complexe hospitalier de Gaza, où des milliers de blessés et de personnes déplacées sont piégées sous des bombardements féroces.

« Nous sommes à quelques minutes d’une mort imminente », a déclaré samedi à Al Jazeera Muhammad Abu Salmiya, directeur de l’hôpital al-Shifa, depuis l’intérieur de l’établissement assiégé, où les opérations ont dû être suspendues après une panne d’électricité et de carburant.

Abu Salmiya a déclaré que les bâtiments d’al-Shifa étaient pris pour cible et que toute personne se déplaçant dans l’enceinte de l’hôpital était attaquée par des tireurs d’élite israéliens.

« Un membre de l’équipe médicale qui tentait d’atteindre la couveuse pour prêter main-forte aux bébés nés à l’intérieur a été tué par balle », a-t-il déclaré. « Nous avons perdu un bébé dans la couveuse, nous avons également perdu un jeune homme aux soins intensifs. »

Le vice-ministre de la Santé de Gaza, le Dr Youssef Abu al-Reesh, qui se trouve actuellement à l’hôpital al-Shifa, a déclaré à Al Jazeera que tous les générateurs étaient éteints et que toutes les sources d’électricité étaient désormais coupées dans l’hôpital.

« Nous avons 39 nouveau-nés dans les couveuses, ces bébés luttent contre la mort. »

Il a également déclaré que des tireurs d’élite étaient stationnés autour de l’enceinte et que les personnes à l’intérieur ne pouvaient pas se déplacer librement.

« Des tirs féroces se font entendre aux abords de l’hôpital, le service de réanimation a reçu un obus de mortier il y a quelques minutes… Le sang est partout, sur le sol, on ne peut même pas le nettoyer », a-t-il ajouté.


‘Crime de guerre’

Situé dans le quartier nord de Rimal, à proximité du port, al-Shifa est devenu un hôpital en 1946, subissant des agrandissements successifs. L’établissement est devenu une bouée de sauvetage pour les personnes nécessitant une intervention médicale urgente.

Des milliers de personnes qui ont perdu leur maison à cause des bombardements incessants d’Israël vivent également dans les couloirs et la cour de l’hôpital.

Israël prétend qu’Al-Shifa fournit une couverture pour un centre de commandement du Hamas, une accusation que le directeur de l’hôpital a rejetée comme étant un « mensonge absolu ». Le Hamas rejette également ces affirmations.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Turk, en visite dans la région, a déclaré que tout groupe armé qui utilise des infrastructures civiles pour se protéger contrevient aux lois de la guerre. Cependant, il a ajouté : « Mais une telle conduite des groupes armés palestiniens ne dispense pas Israël de son obligation de veiller à ce que les civils soient épargnés… Ne pas le faire est également contraire aux lois de la guerre – avec un impact dévastateur sur les civils. »

Le correspondant diplomatique d’Al Jazeera, James Bays, a fait remarquer : « C’est donc le plus haut responsable des droits de l’homme qui dit que cibler un hôpital est un crime de guerre. »

Bays a également noté qu’aucun médecin ou personnel d’al-Shifa n’a déclaré avoir vu des membres du Hamas à l’hôpital depuis des années.

(Al Jazeera)

« Nous ne pouvons pas enterrer nos morts »

Médecins sans frontières, également connu sous son nom français Médecins Sans Frontières ou MSF, a fourni à al-Shifa les médicaments et le matériel qu’elle possède encore en stock. Samedi matin, l’ONG posté sur X qu’il n’était pas en mesure de contacter son personnel à l’intérieur de l’hôpital et qu’il était « extrêmement préoccupé » par le sort des patients et des médecins.

Fabrizio Carboni, directeur régional de la Croix-Rouge pour le Proche et le Moyen-Orient, dit les informations provenant d’al-Shifa étaient « affligeantes », ajoutant que les milliers de personnes présentes dans l’enceinte « doivent être protégées conformément aux lois de la guerre ».

S’exprimant depuis l’intérieur de l’hôpital samedi, le vice-ministre de la Santé de Gaza, Monir al-Bashr, a déclaré que les gens étaient forcés de creuser avec leurs mains pour enterrer les corps dans l’enceinte de l’hôpital.

« Nous sommes encerclés, nous ne pouvons pas enterrer nos morts. Nous allons créer une fosse commune dans l’enceinte de l’hôpital », a-t-il déclaré à Al Jazeera :

« Nous n’avons aucun équipement ni machinerie pour creuser la tombe. Il faut enterrer ces corps sinon des épidémies éclateront. Ces corps gisent dans la rue depuis des jours.

Alors que les combats s’intensifient juste devant la porte d’entrée de l’hôpital, pour Abu Salmiya, le directeur de l’hôpital, les perspectives sont sombres.

« Nous sommes totalement coupés du monde entier… Nous sommes bloqués, nous avons envoyé de nombreux SOS au monde entier – il n’y a eu aucune réponse, aucune réponse », a-t-il déclaré.




Gn En world

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page