Nouvelles locales

Narsa veut privatiser RTI

Le Royaume poursuit sur sa lancée pour devenir un centre mondial de l’automobile à part entière. Ainsi, pour répondre à la hausse attendue dans les 5 à 10 prochaines années en termes d’immatriculations, l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (Narsa) prépare l’externalisation des Accueils Isolés (RTI). Pour démarrer ce processus, Narsa travaille sur un appel d’offres relatif à l’étude préalable à la privatisation de ce service. La raison ? Remédier au faible nombre d’agents déjà submergés de demandes. Les détails.

Le Maroc veut mettre son système de certification des véhicules au diapason des grandes économies européennes. Ainsi, selon des informations exclusives obtenues par « Le Matin », l’Agence nationale de la sécurité routière travaille actuellement sur un appel d’offres portant sur l’étude préalable à l’externalisation de l’Accueil sur une base isolée. En d’autres termes, l’Etat prépare la privatisation des services de certification assurés par l’administration publique, à travers le Centre National d’Essais et de Certification (CNEH) ou les centres d’enregistrement.
« Cette étude doit identifier et analyser les aspects susceptibles de conditionner les modalités du projet et l’élaboration des plans d’action et des documents (textes réglementaires, cahier des charges métier et informatique, dossiers de consultation, etc.) nécessaires à sa mise en œuvre. », explique la Narsa au « Matin ».
L’étude en question doit comprendre un plan d’investissement détaillé et un plan financier et opérationnel équilibré. Ce dernier doit tenir compte de tous les facteurs et attentes du secteur. L’étude servira également à réguler l’offre et la demande en termes de nombre de Centres de Contrôle et de ressources matérielles et humaines nécessaires aux niveaux national et local, en fonction de différents paramètres et agrégats géographiques et socio-économiques.

Près de 40 000 véhicules concernés par la RTI chaque année

A noter que les projections d’augmentation des ventes de véhicules neufs au Maroc sur les 5 ou 10 prochaines années montrent que le dispositif actuellement en vigueur sera rapidement dépassé.
Limités tant en nombre que géographiquement, les agents en charge de ce type de service sont déjà submergés de demandes. Selon nos informations, les RTI concernent environ 40 000 véhicules chaque année si l’on inclut les motos.
Selon la Narsa, il s’agit avant tout de contrer le manque de plus en plus aigu de compétences et de personnels techniques chargés de l’agrément isolé des véhicules dans les services provinciaux et préfectoraux et d’améliorer ainsi la qualité du service rendu aux citoyens et aux professionnels.
« Sans prédire les résultats de l’appel d’offres, il faudra recruter et former des ingénieurs spécialisés dans les agréments, d’autant plus que le pays reconnaît 5 normes internationales (européenne, américaine, canadienne, pays du Golfe et UNECE). Il faudra aussi adhérer à la base de données des agréments européens pour simplifier le travail du futur délégataire de ce service public. Ces investissements étant importants à la fois financièrement et dans le temps, seul le secteur privé semble en mesure d’y répondre », explique un importateur automobile local.
L’externalisation de la RTI pose la question du prix de la prestation. Cela va-t-il augmenter ? Du côté de Narsa, pas de réponse. Mais selon des sources proches du dossier, il est très probable que cela impliquera une augmentation des prix.

Le premier centre d’essais automobiles d’Afrique à Oued Zem

Le Maroc a pratiquement tous les atouts pour devenir un pôle mondial de l’automobile. En 2020, le groupe français UTAC et le groupe britannique Millbrook, tous deux partenaires privilégiés des acteurs automobiles en Europe et dans le monde, ont renforcé leur présence dans le Royaume avec l’ouverture d’un bureau à Casablanca dédié à l’homologation. « Le Groupe a choisi d’implanter au Maroc l’une de ses activités majeures, la certification automobile, afin de répondre aux demandes croissantes des constructeurs mondiaux. Le bureau de Casablanca offrira ainsi toute l’expertise et l’expérience dans le domaine de l’agrément. En effet, chaque pays a des réglementations différentes, des structures administratives complexes et des processus de travail spécifiques. Grâce à sa longue expérience et sa veille réglementaire européenne et internationale, UTAC Ceram Millbrook maîtrise l’ensemble du processus d’agrément : conseil, accompagnement réglementaire, accréditation, traitement administratif et essais. Cette nouvelle implantation vient compléter le réseau mondial du Groupe, qui comprend des implantations en France, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Finlande », annoncent les deux partenaires en 2020.

La même année, l’UTAC français et son partenaire britannique annoncent la création à Oued Zem, à 150 km de Casablanca, d’un centre d’essais automobiles comprenant une piste de 4 km, des bancs d’essais, des laboratoires permettant d’accéder à la clé de l’homologation européenne. Cela correspond à la demande des constructeurs implantés au Maroc, mais aussi à celle des constructeurs internationaux voulant réaliser des essais discrets près de Oued Zem.
Le Centre Oued Zem, premier du genre en Afrique, et dont l’ouverture avait été annoncée pour décembre 2021, propose plusieurs types de services pour permettre aux constructeurs et équipementiers présents sur le sol marocain de réaliser des tests d’endurance. et une fiabilité totale sur les bancs, mais aussi sur les pistes et les routes.
Ce nouveau site offre la possibilité de développer des véhicules grâce à des essais dynamiques, notamment sur une piste de 4 km dite « coast down », unique en Europe et en Afrique, mais aussi des bancs d’essais pour le développement de chaînes de traction thermiques, hybrides et électriques, 4×4 des bancs dynamométriques châssis ou encore des tests acoustiques, en choc piéton, pour des flottes de véhicules automatisés et connectés et pour la conduite, permettant de déterminer les émissions polluantes en conditions réelles. De plus, il sera possible d’effectuer des stages de conduite ou d’organiser des événements. « UTAC Ceram pourra bénéficier d’une plus grande compétitivité sur certains types de prestations et ainsi compléter son offre. De plus, le Maroc bénéficie d’une proximité géographique particulière avec l’Europe, qui est un atout majeur pour les acteurs internationaux. Le Groupe recrutera près de 100 personnes localement d’ici cinq ans ».
———————————————–

Qu’est-ce qu’un accueil individuel ?

Une Agrément à Titre Isolé (RTI) atteste de la conformité d’un véhicule aux réglementations et normes en vigueur en matière de sécurité et de protection de l’environnement. Il s’agit d’une réception individuelle d’un véhicule qui n’est pas homologué. Cet agrément est indispensable pour l’immatriculation du véhicule.
Le RTI peut concerner aussi bien un véhicule neuf qu’un véhicule d’occasion. Les cas les plus courants sont les véhicules importés sans agrément européen et les véhicules modifiés. « L’homologation de type permet à tous les véhicules d’un même type d’être homologués. Exemple : toutes les Dacia Logan sont du même type et les frais d’homologation ne sont payés qu’une seule fois. L’agrément unique permet d’agréer un seul véhicule. Exemple : Ferrari, Aston Martin, séries limitées, grosses motos. Le coût unitaire est d’un peu plus de 1.000 DH », explique au « Matin » un revendeur marocain.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page