Skip to content
MRC des Collines-de-l’Outaouais |  Une équipe dédiée à la prévention des violences conjugales


Pour « éviter un autre féminicide », les agents de la sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais seront accompagnés de quatre travailleuses mobiles disponibles en tout temps lors des appels liés à la violence conjugale. Baptisé « MAINataire ensemble », ce partenariat permettant un meilleur accompagnement des victimes est une première au Québec.



MRC des Collines-de-l’Outaouais |  Une équipe dédiée à la prévention des violences conjugales

Mayssa Ferah
presse

Le projet est déjà en marche et devrait se concrétiser en janvier 2022. Cette équipe multidisciplinaire s’occupera exclusivement des dossiers de violence conjugale dans la région de la MRC des Collines.

Lors d’un appel au 911 dans le cadre d’un cas de violence conjugale, l’un des quatre assistants de garde se rendra sur place auprès de la victime une fois les lieux sécurisés par la police. Le service sera disponible 24 heures sur 24, toute la semaine.

« Nous en profiterons pour prendre en charge la victime et lui offrir le soutien psychosocial nécessaire au moment de la crise », explique Stéphanie Macleod, assistante sociale en violences conjugales engagée par la police.

L’accompagnement pendant et après un événement de violence conjugale ne peut pas reposer uniquement sur les épaules d’une force de police, pense-t-elle.

« Le policier a son travail d’intervention ou d’enquête. On ne veut pas que la victime tombe dans les mailles du filet et qu’elle devienne la 18ee féminicide de l’année.  »

Une fois le spécialiste sur le terrain, les agents poursuivront leur intervention.

Soutenir et prévenir

Après chaque intervention, l’équipe se concentrera sur la prévention en utilisant comme outil une grille d’évaluation du risque d’homicide. « Je fais déjà des appels de suivi dans les 5 à 10 jours après des événements d’agression, des conflits familiaux ou des cas de séquestration quand on ressent un risque de violence conjugale », précise M.moi Macléod.

Les intervenants peuvent informer la victime des scénarios possibles après l’intervention. Que faire si un partenaire violent ne respecte pas les conditions ? Qui appeler ? « En restant en contact avec la victime longtemps après, on est capable de répondre à ces questions et d’éviter l’irréversible », poursuit M.moi Macléod.

Cette nouvelle démarche est réalisée en partenariat avec la ressource d’hébergement Maison Libère-Elles pour le relogement de la victime.

Une entente avec une compagnie de taxi locale répondra aux besoins de transport de la personne maltraitée et de sa famille.

Un besoin criant alors que l’on prévoit une augmentation de 30% des appels liés à la violence conjugale dans la MRC des Collines si la tendance se poursuit cette année, selon l’inspecteur Joël Blain, chef de la division des enquêtes criminelles à la MRC des Collines. Cette alliance permettra d’améliorer et de faciliter le travail de ses effectifs, se réjouit-il. Il y a des lacunes dans la prise en charge d’une victime suite à une dénonciation, estime-t-il.

« On a tendance à croire que les policiers sont des spécialistes en tout, mais malgré les connaissances et l’expérience, dans un contexte psychosocial, il y a des gens plus spécialisés que nous », explique M. Blain.

Les dénonciations liées aux violences conjugales se multiplient dans la région en ce moment, explique l’inspecteur. « Le confinement n’a pas aidé. Nous constatons déjà une augmentation de 30 % de ce type d’intervention si nous maintenons cette tendance cette année.  »

Le projet en chiffres

Quatre travailleurs mobiles

UNE travailleur social qui les encadre

80 policiers au total à la MRC des Collines, qui dessert une population de 52 000 personnes

433 440 $ : Subvention de 5 ans du Ministère de la Sécurité Publique pour la mise en œuvre de ce projet

Interventions liées à la violence conjugale (la MRC prévoit une augmentation de 30% en 2021) :

2017 : 73

2018 : 84

2019 : 84

2020 : 97

2021 (au 6 juillet) : 65

2021 (prévision) : 127

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.