Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europe

Mircea Geoană, secrétaire général adjoint de l’OTAN : « La guerre va continuer, soyons résilients »

Après la chute de missiles sur le territoire polonais et un G20 focalisé sur la guerre en Ukraine, le secrétaire général adjoint de l’OTAN Mircea Geoană rappelle le rôle central de l’alliance dans la défense européenne. Il esquisse des perspectives sur les conséquences, sur le continent, de la guerre en Ukraine.

Après la chute de missiles sur le territoire polonais, Mircea Geonă, secrétaire général adjoint de l’OTAN, confirme qu’« il ne s’agit pas d’une attaque délibérée, ni d’une roquette égarée de Russie », mais de l’enquête de l’OTAN, les autorités polonaises et les États-Unis continuent. Il explique qu’il faut « être extrêmement vigilant face aux centaines de missiles envoyés chaque jour par la Russie contre l’Ukraine ».

Or, l’aide à l’Ukraine va de pair « avec un formidable calme et une forte volonté d’éviter l’escalade. (…) Nous, pays occidentaux, aidons l’Ukraine, mais nous veillons à ce que l’escalade de ce conflit, déjà très brutal, n’affecte pas développer entre la Russie et l’OTAN », poursuit-il.

Pour ce faire, le devoir de l’OTAN est d’intégrer les batteries anti-roquettes et les moyens militaires nationaux aux moyens propres de l’alliance. L’OTAN investira sur le front oriental, la mer Baltique et la mer Noire. « Nous allons être forts au niveau de l’Est, mais aussi partout – parce que le risque est partout. » Continuer à soutenir l’Ukraine militairement, humainement et économiquement. Mircea Geonă salue également « l’héroïsme du président Zelensky, celui du peuple ukrainien et de l’armée ukrainienne est redoutable ».

A propos des Midterms et de l’influence accrue des Républicains aux Etats-Unis, Mircea Geonă, ancien ambassadeur de Roumanie aux Etats-Unis est confiant : « Je suis convaincu que le soutien des deux grands partis est solide et irréprochable, c’est aussi le cas de 80% des Américains qui renouvellent leur confiance dans l’OTAN. Il y a un fort consensus au sein de l’establishment et de l’opinion publique sur l’OTAN et pour aider l’Ukraine ».

Il insiste aussi sur l’impact de cette guerre en Europe qui déplaît à l’opinion publique à cause de l’inflation et du coût de l’énergie : « il est important que des deux côtés de l’Atlantique nous soyons résilients. Les mois à venir seront durs pour nous citoyens, le problème, c’est le mécontentement face à la hausse des prix et de l’énergie, surtout en Europe (…) Il est important pour nous d’avoir cette unité irréprochable pour aujourd’hui, demain et après-demain. Parce que cette guerre va continuer ».

Quant à l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite, avec Giorgia Meloni, elle ne l’inquiète pas malgré les divergences politiques. « L’Italie est un allié impeccable (…) L’unité au sein de l’alliance avec nos trente – et nous espérons bientôt 32 alliés – est formidable. Cette unité est la force de notre alliance ». Depuis la guerre d’Ukraine, « le fait que l’OTAN soit le facteur indispensable de la sécurité européenne est une évidence pour tous », insiste le secrétaire général adjoint.

Concernant l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, le secrétaire général adjoint est « très heureux que ces deux pays démocratiques, avec le soutien populaire et la quasi-unanimité dans les deux parlements, veuillent rejoindre l’Alliance (…) car la Russie est agressive et imprévisible ». Enfin, Mircea Geonă est optimiste que la Turquie validera l’adhésion de ces deux pays car, selon le président Erdogan, « le parlement turc pourrait ratifier cela à la fin de la session de printemps de l’année prochaine ».

Enfin, le secrétaire général adjoint souligne que « l’OTAN a besoin que les Européens investissent davantage dans notre défense, car ils ne contribuent que pour 20 % de notre budget d’investissement total ». A cet égard, il salue les projets industriels et militaires des différents Etats. L’OTAN aide même indirectement les industries de défense européennes en évitant la fragmentation entre les armées, selon lui.

Emission réalisée par Isabelle Romero, Sophie Samaille et Perrine Desplats


France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page