Nouvelles locales

Ministres écoutant la CGEM

Parmi les rencontres patronat-gouvernement, la plus éclairante a été celle entre la CGEM et Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce.

Après son installation, le nouveau gouvernement, décrit comme proche des milieux d’affaires, s’est empressé d’envoyer ses membres à la rencontre des opérateurs économiques, principalement dans le cadre de la CGEM. Objectif : faire des annonces concernant les chantiers sur lesquels travaille l’Exécutif pour favoriser la relance de l’économie nationale, malmenée par la douloureuse épreuve de la pandémie, et l’amélioration de l’environnement des affaires.

Le nouveau gouvernement, décrit comme proche des milieux d’affaires, tente depuis sa création de confirmer ce jugement. L’exécutif s’est surtout empressé d’envoyer ses membres rencontrer les opérateurs économiques, principalement dans le cadre de la CGEM. C’est le cas de Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l’investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, Ryad Mezzour, ministre de l’industrie et du commerce, et Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’économie et des finances.

L’occasion pour ces ministres de faire des annonces concernant les chantiers sur lesquels travaille le gouvernement pour favoriser la reprise de l’économie nationale, malmenée par la douloureuse épreuve de la pandémie, et l’amélioration des affaires. Et pour les employeurs, c’était l’occasion de réitérer leurs doléances. Les projets gouvernementaux annoncés lors de ces rencontres, notamment celui avec le ministre de l’Industrie et du Commerce, concernent plusieurs domaines. Il s’agit notamment de la promotion du Made in Morocco par la mise en place d’une plateforme, dont le mode de fonctionnement reste à déterminer, pour proposer aux industriels marocains un accompagnement de bout en bout.

Il s’agit également de construire la souveraineté nationale dans des secteurs clés tels que l’agro-industrie et la pharmacie afin de renforcer la capacité de production nationale. L’exécutif annonce également la poursuite de la mise en œuvre du projet de substitution des importations mis sur les rails en 2020. Parmi ces projets, figure également l’accès des industriels au réseau moyenne tension à partir de sources renouvelables. Selon le ministre de l’Industrie, les premiers contrats sur les premières zones sont en cours de validation.

De son côté, la CGEM a profité de ces rencontres pour réexpliquer ses revendications. Ils sont liés notamment aux coûts des matières premières et des facteurs de production (énergie, foncier et logistique), à ​​l’accès au financement, à la nécessité d’articuler les programmes de financement et de subvention de l’État à un niveau d’intégration locale.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page