Skip to content
Michel Bouquet en quelques cours de théâtre


Disparu à l’âge de 96 ans, Michel Bouquet, l’un des plus grands comédiens français, expliquait avec une grande simplicité la complexité du métier d’acteur. Voici quelques extraits d’une interview qu’il a accordée à l’AFP en 2019.

Article écrit par

France Télévisions

Culture d’écriture

Posté

Temps de lecture : 1 minute.

Michel Bouquet s’est éteint ce mercredi 13 avril à Paris à l’âge de 96 ans. En 2019, au moment de mettre fin à sa carrière, l’artiste qui fut l’un des plus grands acteurs français expliquait les raisons de son choix, et confiait aussi, avec une grande simplicité, la complexité du métier d’acteur. Voici quelques extraits d’un entretien avec l’AFP en 2019.

Un métier d’humilité

« C’est un service. L’acteur n’est pas si important à ses propres yeux que le public le pense. C’est un métier d’humilité. L’humilité est sacrée pour l’acteur. Je prépare un rôle pendant six mois et quand vient le temps de le jouer, je me faire tout petit et je me dis: ‘J’ai fait ce que j’ai pu.' »

rien savoir

« Le savoir d’un acteur, c’est ne rien savoir et espérer être accompagné d’une vérité qui est dans le texte, mais pas savoir si on réussit. Etre acteur, c’est endosser quelque chose qu’on n’est pas digne de recevoir et puis essayer de compenser.L’acteur est un objet comme un autre, c’est une présomption.

Monter sur scène, un héroïsme

« Il faut beaucoup de force. Même moi je dirais, c’est une sorte d’héroïsme de monter sur scène, de montrer à quel point il n’y a pas de raison d’être là. L’acteur a l’obligation d’y rester, avec des mots qui ne sont pas t le sien et rendre tout vrai. »

Le texte plutôt que le personnage

« Ce n’est pas le personnage qui est le plus important, c’est le mot. Est-ce que le mot est valable, cette question peut être posée sans cesse, toute une vie, et elle ne trouve pas forcément de réponse. »

Oubli de soi

« La personnalité de l’auteur au théâtre est tellement majestueuse, puissante quand il s’agit de très grandes figures, que ce soit Pinter ou Molière… Nous, qu’est-ce qu’on fait là ? On ne fait qu’essayer de comprendre, essayer de parler aussi docilement que possible, la pensée de l’auteur et non la pensée de ce qu’on en pense, c’est l’oubli de soi qui est le plus important.



Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.