Skip to content
Meloni a peu de chances de se battre avec Bruxelles – POLITICO


Giovanni Orsina est professeur d’histoire contemporaine et doyen de la School of Government de l’Université Luiss de Rome.

La victoire de la coalition de droite italienne, dirigée par le parti Frères d’Italie de Giorgia Meloni, est la dernière étape d’un processus de transformation du système politique du pays, qui s’est déroulé au cours de la dernière décennie.

Avec son élection de 2022, l’Italie a maintenant bouclé la boucle, car après avoir obtenu 44 % des voix, la coalition de droite du pays a presque retrouvé le niveau de soutien qu’elle avait obtenu en 2008. Cependant, alors que cette coalition était dirigée par le parti de Silvio Berlusconi centre-droit Forza Italia, celui-ci est désormais dirigé par un parti de droite appartenant au Groupe européen des conservateurs et réformistes. L’électorat italien reste désabusé, anxieux et méfiant, ainsi que sceptique – mais pas nécessairement hostile – à l’égard de l’Union européenne, et cette nouvelle coalition en est le reflet.

L’histoire commence en 2011, avec la crise de la dette souveraine, l’effondrement du dernier cabinet de Silvio Berlusconi et la naissance subséquente d’un gouvernement eurocratique dirigé par le Premier ministre Mario Monti.

Les Italiens sont sortis de ces événements avec deux leçons : la politique intérieure n’avait pas réussi à adapter le pays à l’environnement mondial du 21e siècle ; et l’UE n’a pas pu ou n’a pas voulu protéger l’Italie des troubles internationaux.

Ainsi, lors des élections de 2013, les Italiens ont réagi en attribuant un incroyable 25 % au Mouvement 5 étoiles – un parti fondé par le comédien Beppe Grillo pour protester contre les partis établis, ainsi que contre Bruxelles. Le système politique qui dirigeait l’Italie depuis 1994 était en ruine. Le soulèvement populiste avait commencé.

La 17e législature républicaine qui a suivi, de 2013 à 2018, s’est déroulée dans le vain espoir que l’ascension fulgurante des 5 étoiles serait accompagnée d’une disparition tout aussi fulgurante. Mais entre-temps, l’afflux croissant de migrants alimentait une deuxième vague de populisme – celle de Matteo Salvini, qui transformait le parti régionaliste du nord de l’Italie La Ligue en une force politique nationaliste et soi-disant à l’échelle de l’Italie.

Lors des élections ultérieures de 2018, la Ligue de Salvini et les 5 étoiles ont obtenu une majorité parlementaire et formé un gouvernement de coalition. Tirant parti du populisme national et de son propre leadership, Salvini a ensuite été en mesure de siphonner des millions de votes de droite et politiquement incolores des 5 étoiles en quelques mois, et lors des élections européennes de 2019, son parti a doublé son soutien, atteignant 34 %.

Désireux de tirer profit de son consensus, Salvini a ensuite fait tomber le gouvernement de coalition, visant des élections anticipées. Cependant, en cela, il a échoué, ruinant sa réputation politique, peut-être au-delà de toute rédemption. Et à partir de ce moment, lentement mais sûrement, les votes ont commencé à passer de la Ligue aux Frères d’Italie idéologiquement similaires mais plus cohérents de Meloni. La décision de Salvini de participer au gouvernement technocratique du Premier ministre Mario Draghi a encore confirmé cette tendance, après quoi 5Stars, clairement placé à gauche, n’a plus attiré les électeurs en colère de tout l’éventail politique, tandis que la coalition de droite est revenue à son niveau traditionnel de consensus. , désormais dominée par les Frères d’Italie.

Meloni est un politicien de conviction. C’est une conservatrice nationale, méfiante à l’égard de la mondialisation et peu convaincue – c’est le moins qu’on puisse dire – par la façon dont le processus d’intégration européenne s’est déroulé depuis 1992.

Cependant, elle sait aussi très bien que la réponse européenne à la pandémie et l’agression russe contre l’Ukraine ont changé la donne. Elle est également consciente que mettre l’Italie sur une trajectoire de collision avec ses partenaires européens ou transatlantiques irait complètement à l’encontre de l’intérêt national italien, qu’elle priorise – sa coopération avec Draghi pendant les jours de transition depuis l’élection en témoigne clairement.

Ainsi, malgré les positions plutôt ambiguës de ses alliés Salvini et Berlusconi, la position anti-russe du gouvernement de Meloni sera très solide — sa position sur l’Europe, en revanche, sera plus problématique.

Le nouveau gouvernement sera certainement mécontent de toute tentative de réduire davantage la souveraineté nationale, et Meloni a déclaré à plusieurs reprises que l’Italie n’avait pas défendu ses intérêts assez fermement lors des négociations européennes. En tant que tel, on peut s’attendre à des frictions et il faudra probablement un certain temps à Meloni pour décider exactement comment elle veut jouer au jeu européen.

Pourtant, elle jouera – et selon les règles aussi – car il n’y a pas d’alternative réaliste pour elle ou pour l’Italie. Elle a notamment répété à maintes reprises qu’en matière de finances publiques, le pays ne s’écarterait pas des lignes directrices de la zone euro.

Meloni ne jouera pas le jeu seul, cependant, et cela dépendra beaucoup de la manière dont Bruxelles et les partenaires européens de l’Italie aborderont le nouveau gouvernement italien. Les propos de la présidente de la Commission européenne, Ursula non der Leyen, sur la vigilance démocratique européenne, prononcés juste avant le vote italien, ont été une bévue politique. Les commentaires de la première ministre française Élisabeth Borne sur la vigilance libérale, faits juste après le vote, étaient arrogants et injustifiés. Et il serait myope si ces sentiments persistaient.

Pour la première fois depuis 2011, l’Italie sera désormais dirigée par un gouvernement politiquement homogène et doté d’une forte légitimité électorale. Bien sûr, aux yeux de Bruxelles, c’est loin d’être le gouvernement idéal. Pourtant, il restera solidement atlantiste et, en Europe, il respectera les règles, notamment celles qui concernent les finances publiques. Ce n’est pas rien.

Ce cabinet entrant offre en effet la possibilité de combler enfin le fossé entre l’opinion publique italienne et l’UE, alors que ceux qui souhaitent son échec espèrent en fait un énième gouvernement apolitique, technocratique, dépourvu de légitimité électorale. Cependant, un tel gouvernement ne ferait que renforcer la conviction déjà largement répandue que l’Italie n’est plus une véritable démocratie. Cela rendrait les Italiens encore plus désillusionnés et enclins à courir après la prochaine vague de populisme – peut-être encore plus en colère que ses prédécesseurs.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.