Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Méfiez-vous des toxines et des bactéries dans les eaux de baignade, la mer, les lacs et les rivières

Géraldine Zamansky, journaliste pour le Magazine Santé sur France 5 rappelle qu’en ces temps de canicule et de réchauffement climatique, on ne peut pas se poser et nager sans risque partout : dans la mer, les lacs et les rivières.

franceinfo : Pour ne pas gâcher les joies de la plage, vaut-il mieux se renseigner sur la qualité locale des eaux de baignade ?

Géraldine Zamansky : Absolument, et cela s’applique également aux lacs et aux rivières. Plus de 3 000 sites de baignade, en eau de mer et en eau douce, sont surveillés par nos autorités sanitaires qui collectent toutes les données sur le site baies.sante.gouv.fr.

C’est d’ailleurs cette vigilance qui est à l’origine de la fermeture de plusieurs plages de Normandie ce week-end par exemple. Une mesure préventive liée aux marées hautes : la mer atteint alors des zones à risque d’être contaminées par des bactéries. Certaines plages sont régulièrement à cause de nos eaux usées ou du ruissellement des champs avec des excréments de bétail. Leur contact provoque principalement des diarrhées. Surtout, laissez tomber l’idée de venir chercher votre plateau de fruits de mer.

Mais une autre menace plus récente crée ces jours-ci des alertes de la Loire au Tarn en passant par l’Isère. Ce sont des cyanobactéries. Si leurs toxines sont présentes dans l’eau, se baigner, respirer des gouttelettes… ou boire à la tasse, peuvent provoquer des démangeaisons, des troubles digestifs voire neurologiques.

Des gens intoxiqués par la baignade ou la respiration des embruns… Cela nous rappelle l’expérience basque de l’été dernier ?

Oui, mais c’était quand même une troisième source de contamination et des symptômes différents. Vous faites référence à la fermeture des plages autour de Biarritz en août 2021, à cause de micro-algues toxiques. Une prolifération assez incroyable selon Philip Hess, chercheur à l’Ifremer, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Il m’a expliqué que ces micro-algues appelées ostreopsis sont d’origine tropicale.

Ils sont arrivés en Méditerranée à cause du réchauffement climatique depuis les années 2000. Mais personne n’aurait pensé les voir s’adapter aux côtes basques. Et c’est le cas puisque les équipes de l’Ifremer viennent de reconfirmer leur présence. Pour le moment, pas d’interdiction totale à la clé. L’Agence régionale de santé, l’ARS de Nouvelle-Aquitaine déconseille les plages concernées pour les personnes à la santé fragile.

Nager ou respirer des gouttelettes contaminées peut entraîner des symptômes pseudo-grippaux, des saignements de nez ou des éruptions cutanées. Si elles durent, n’hésitez pas à contacter un médecin ou le centre antipoison. Vous trouverez toutes les informations pratiques sur le site de l’ARS. Cela s’applique également à toutes les régions où vous aimeriez vous baigner.

>>> Sites à consulter en cas de symptômes ou de prévention avant de se baigner

Le site de baignade du Ministère de la Santé

ARS Normandie, plages interdites à la baignade

Surveillance sanitaire des bactéries en eau douce : ARS Nouvelle Aquitaine

Recommandations et reporting ARS Nouvelle Aquitaine



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page