Skip to content
Martin Ferron réélu préfet de la MRC de la Vallée-de-l’Or


Il a été réélu sans opposition lors de la première réunion du nouveau conseil des maires, mercredi. La mairesse de Senneterre-Paroisse, Jacline Rouleau, agira à titre de préfet suppléant.

Je suis heureux d’avoir la confiance des maires, a-t-il commenté. Cela s’inscrit dans la continuité et cela nous permettra de bien partager ce que nous avons développé et ce que nous préparons pour l’avenir. Nous avons quatre nouvelles figures autour de la table, qui apporteront de nouvelles visions. Mais plusieurs des nouveaux maires connaissent bien la MRC, car ils se sont impliqués dans leur conseil municipal. La transition se fera en douceur.

Le MRCVO a adopté un budget de 19,8 millions de dollars pour 2022, en hausse de 1,5 million de dollars par rapport à l’année précédente. Les quotas aux municipalités n’ont toutefois augmenté que de 72 213 $, soit 1,3 %.

Les maires de la MRC de la Vallée-de-l’Or ont adopté leur budget 2022 le 24 novembre dernier.

Photo : avec l’aimable autorisation du MRCVO

Selon le préfet, l’exercice a été compliqué par une augmentation des charges liées au service environnement et à la gestion des déchets. La MRC entend mettre à jour son plan de gestion des matières résiduelles en 2022, afin de trouver des solutions à l’augmentation des matières à traiter.

Malgré le début du compostage résidentiel, nous avons enterré autant que l’année précédente, note-t-il. Il y a encore trop de consommation et pas assez de recyclage et de compostage. Au niveau industriel, nous avons dû absorber une dépense supplémentaire de 200 000 $ car nous n’avions pas prévu de recevoir autant de déchets. Nous devrons évoluer vers de nouvelles façons de faire.

Martin Ferron ne cache pas que plusieurs avenues devront être explorées si la MRC ne veut pas se heurter au mur avec l’explosion des coûts de son service environnemental.

Cela signifiera-t-il examiner le concept de l’utilisateur-payeur ? Cela fait partie des scénarios. Nous devons également voir si nous pouvons traiter et revaloriser davantage de recyclage ici, plutôt que de l’envoyer à l’extérieur. Il peut aussi passer par des règlements municipaux pour interdire certains matériaux. Nous nous engageons dans une large concertation avec la population et les experts, car nous devons parvenir à réduire les coûts., conclut-il.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.