Skip to content
mangas.  Dix histoires tragiques de Takehito Moriizumi


Takehito Moriizumi joue avec un stylo à bille, de l’encre ou un cure-dent (ne lui demandez pas pourquoi cet outil, il ne pourra pas vous répondre…) pour décrire des ambiances dérangeantes, ce moment du quotidien qui peut tout changer. Une dégringolade dans la terreur ou la grâce en dix nouvelles, un art de la nouvelle dans lequel les Japonais excellent. Le décor en pointillés disparaît parfois pour mieux focaliser notre regard sur l’essentiel d’une rencontre, les émotions. Presque rien, quelques lignes, un cadre gris pour donner de la profondeur au croquis et juste un élément plus prononcé : cette table de chevet dans une chambre d’hôtel, ce pont vénitien éclairé, le bref profil d’un immeuble se perd dans le ciel, un visage net , la superposition des contours des portes… quoi de mieux que de suggérer un univers quand l’héroïne ne vit que par son imaginaire ? Plus loin, une obscurité oppressante nous plonge dans la montagne où une mystérieuse logeuse vivant en ermite a transformé un fantôme en esclave sexuelle. Dans un autre chapitre, des paysages aux lignes courbes nous transportent dans une féerie remplie de fleurs de lotus indiennes. Achevée pendant le confinement, cette collection trahit parfois cet étouffement ressenti par tous, fantastiquement métamorphosé par cet admirateur de nos auteurs de BD français Edmond Baudoin et Emmanuel Guibert.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.