Skip to content
Macron refuse de soutenir l’allégation de « génocide » de Biden — RT World News


Le président français a refusé d’utiliser le terme pour faire référence à l’action militaire de Moscou en Ukraine

Le président français Emmanuel Macron a refusé de se joindre à son homologue américain Joe Biden pour décrire les actions de l’armée russe en Ukraine comme « génocide. » Les attaques verbales n’aideraient pas à faire avancer la paix en Ukraine, a-t-il déclaré, dans une interview à la télévision France 2 mercredi.

Biden est apparu, la veille au soir, pour approuver les affirmations de Kiev selon lesquelles le but de l’offensive russe était d’exterminer le peuple ukrainien.

« Votre budget familial, votre capacité à faire le plein, rien de tout cela ne devrait dépendre du fait qu’un dictateur déclare la guerre et commette un génocide à l’autre bout du monde », a-t-il déclaré dans un discours prononcé dans l’Iowa, faisant référence au président russe Vladimir Poutine. Biden avait précédemment qualifié le dirigeant russe de « criminel de guerre » et a déclaré que l’homme « ne peut pas rester au pouvoir ».

Interrogé sur la caractérisation lors de l’entretien, Macron a déclaré qu’il « serait prudent avec de tels termes » et dit que les peuples d’Ukraine et de Russie étaient « frères. »

Ce dernier sentiment est farouchement rejeté par les autorités ukrainiennes. L’Institut ukrainien du souvenir national a même réalisé des infographies le mois dernier, expliquant que les Ukrainiens étaient des Slaves de sang pur contrairement aux Russes, qui, selon lui, sont mélangés avec des tribus ougro-finlandaises.


Dans l’interview, le dirigeant français a déclaré que la poursuite des violences en Ukraine était « la démence » et qu’il croyait que « des crimes de guerre ont été commis par l’armée russe » là-bas et que les auteurs doivent être tenus pour responsables.

Son objectif principal, cependant, était de garantir la paix en Ukraine, a déclaré Macron. « Je ne suis pas sûr qu’une escalade de la rhétorique serve cette cause », a-t-il ajouté, faisant référence à la remarque de Biden.

Kiev a accusé la Russie de génocide au début du mois après avoir présenté ce qu’elle prétendait être la preuve que les troupes russes avaient délibérément tué des civils dans la ville de Bucha, au nord-ouest de Kiev. Moscou avait retiré ses forces de la capitale ukrainienne après des progrès dans les pourparlers de paix.

La Russie a nié les allégations et a déclaré que Kiev manipulait et fabriquait des preuves pour piéger les troupes russes afin d’intensifier le soutien militaire occidental et de torpiller le processus de paix.


Macron refuse de soutenir l’allégation de « génocide » de Biden — RT World News

Le président Biden, connu pour être sujet aux gaffes, a fait un certain nombre de remarques dures concernant la Russie qui se sont éloignées du scénario. La Maison Blanche a dû corriger et expliquer que les États-Unis n’avaient pas l’intention d’envoyer des troupes en Ukraine et n’avaient pas de politique pour promulguer un changement de régime en Russie, pour ne citer que quelques cas. Biden a refusé de reconnaître que son administration devait revenir sur ses paroles, affirmant que cela ne s’était jamais produit.

Moscou a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk signés en 2014 et de la reconnaissance éventuelle par la Russie des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk négocié par l’Allemagne et la France a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

La Russie a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.