Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Macron défend son absence à la marche contre l’antisémitisme et juge « indigne » l’usage que Ciotti en fait


POLITIQUE –  » Le débat n’avait aucun sens. » Lors d’une visite d’Etat en Suisse ce mercredi 15 novembre, le président de la République Emmanuel Macron a été interrogé lors d’une conférence de presse sur son absence très évoquée à la marche contre l’antisémitisme dimanche dernier à Paris.

 » Si ma position sur l’antisémitisme avait pu rester ambiguë ne serait-ce qu’une seconde, je comprends qu’on aurait pu me demander de la clarifier. Elle ne l’a jamais été, j’ai toujours été implacable. « , Il expliqua, comme vous pouvez le voir dans la vidéo qui précède l’article. Le président estimant que son « Notre rôle n’est pas de marcher, mais d’œuvrer à la libération de nos otages et de continuer à préserver l’unité de notre pays. »

Avant ces explications, plusieurs dirigeants de droite et d’extrême droite avaient reproché à Emmanuel Macron de ne pas avoir rejoint, après quelques hésitations, la marche de dimanche. Éric Ciotti, président des Républicains, a notamment expliqué mardi que c’était cette absence qui justifiait son refus, de la part de LR, d’assister aux réunions de « Saint-Denis » prévues vendredi, pour échanger le locataire de l’Elysée. avec les autres partis d’opposition.

une justification « Indigne »selon le mot employé par Emmanuel Macron ce mercredi. « Je constate avec une certaine surprise que deux chefs de partis gouvernementaux ont décidé de ne pas assister à des réunions sans précédent. C’est une grave erreur politique de la part de ces dirigeants. « Ils iront expliquer à leurs électeurs pourquoi ils ne sont pas là pour discuter des enjeux essentiels de la Nation. »s’est adressé ce mercredi au chef de l’Etat, pour qui « Aucun prétexte ne justifie de refuser le dialogue ». Outre Éric Ciotti, Olivier Faure sera également absent de la réunion.

« Sans relâche »

Dans ses explications, Emmanuel Macron a également pris comme référence la précédente manifestation – et l’une des deux seules – qui a accueilli un président en exercice : la marche pour la République après les attentats contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher en janvier 2015.

«  La dernière fois qu’un de mes prédécesseurs a participé à une marche, c’était au lendemain d’un attentat, avec deux millions de personnes dans les rues et des dizaines de chefs d’État et de gouvernement à Paris. Était-ce le cas dimanche dernier ? Non. La promenade était d’une tout autre nature. « , a-t-il ajouté, indiquant toutefois partager » l’attendu » de la manifestation contre l’antisémitisme.

Voir aussi sur le HuffPost :


Gn fr loc

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page