Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Ma vie a été définie par le génocide du peuple juif. Je regarde Gaza avec inquiétude | Gaza


Avis

L’histoire des massacres, pour moi, est sans fin. Et les leçons d’aujourd’hui aussi

sam. 11 novembre 2023 06.11 EST

L’attention du monde est concentrée sur Gaza. L’éventail des opinions débattues dans les médias aujourd’hui varie entre l’affirmation selon laquelle nous assistons au début d’un génocide, jusqu’à l’idée selon laquelle Israël s’engage dans une démarche d’autoprotection, réagissant de manière appropriée à une véritable menace existentielle. Cette empathie est nécessaire face aux horreurs auxquelles est confronté le peuple palestinien et devrait être évidente pour toutes les personnes honnêtes, tout autant que pour les victimes de la sauvagerie indescriptible du Hamas. Mais il faut aller au-delà de ces réactions, évaluer les arguments et leurs conséquences.

Il n’est pas vraiment exagéré de dire que ma vie a été définie par le génocide européen du peuple juif. Cette histoire, pour moi, est sans fin. Récemment, j’ai été contacté par courrier électronique par un parent éloigné de ma mère, qui m’a envoyé une liste de mes proches maternels assassinés à Sobibor – il y avait douze personnes sur cette liste, dont mon arrière-grand-mère et plusieurs grands-oncles. Ce passé a défini ma récente vie professionnelle, où j’ai étudié théoriquement les conditions qui permettent les massacres.

Le massacre du Hamas m’a apporté une sorte d’horreur particulière, évoquant la pire des histoires de mes ancêtres. Le massacre de Juifs me rappelle le pire de mon traumatisme intergénérationnel. Et lorsque je contemple le cauchemar qui se déroule à Gaza, l’élimination par suffocation lente ou par le feu de tant de familles entières, je ressens la même horreur face à la situation à laquelle sont confrontés les gens là-bas, les enfants qui subissent le même sort que les victimes innocentes du Hamas. Pour moi, compte tenu de mes origines, c’est exactement ce que signifie être juif : sympathiser avec les victimes innocentes des massacres, quelle que soit leur identité. Les actions actuelles d’Israël, je crois, me rendent moins en sécurité en tant que Juif, plutôt que davantage. Mais je ressens aussi les actions d’Israël, non seulement ici mais aussi au fil du temps, d’une manière différente – comme une attaque contre mon identité juive.

Ma formation est en philosophie du langage. En conséquence, je me suis concentré sur le type de discours qui permet et justifie le génocide. Justifier les massacres par l’autoprotection, en prétendant que leurs cibles constituent une menace existentielle, est la classique justification du génocide. Remontant au discours de Cléon dans le livre 3 de La guerre du Péloponnèse de Thucydide, l’exemple paradigmatique de la démagogie dans le monde antique, les potentiels génocidaires justifient toujours leurs actions en invoquant que leurs cibles constituent une menace existentielle pour leur propre peuple.

Bien sûr, certains Palestiniens ont des ambitions génocidaires contre les habitants juifs d’Israël, comme les actions et les paroles du Hamas et de ses partisans l’ont clairement montré au monde. Mais cela ne constitue guère une justification pour le massacre d’innocents par Israël. Généralement, la justification de ces massacres va bien au-delà de l’affirmation selon laquelle certaines de ses cibles auraient simplement des ambitions génocidaires. La justification de ces actions drastiques est que leurs cibles constituent une menace existentielle légitime. Hitler a justifié la solution finale en affirmant que l’existence du peuple juif constituait une menace existentielle pour la nation allemande. Le peuple juif ne représentait aucune menace pour la nation allemande. Nous devons toujours faire attention aux allégations de menace existentielle.

Dans ce cas, Israël est confronté à une menace profonde de la part du Hamas. Cependant, la grande différence de pouvoir entre Israël et le Hamas rend très improbable que le Hamas pose un problème. existentiel menace pour Israël. En fait, le Hamas n’aurait pas pu assassiner autant d’Israéliens innocents sans l’effondrement complet de la sécurité par le gouvernement de Netanyahu. Obsédé par ses propres préoccupations et par celles des extrémistes qui l’ont porté au pouvoir, Netanyahu a oublié le pays qu’il est tenu de protéger. Netanyahu traite depuis longtemps ces terroristes comme des partenaires dans sa quête visant à marginaliser tout leadership palestinien modéré.

Bien entendu, Israël est confronté à une menace existentielle si tous ses pays voisins s’allient dans une guerre contre lui. Mais cette menace est accrue, plutôt que diminuée, par les atrocités qu’Israël commet actuellement à Gaza.

Le temps de l’analyse des excuses et des justifications est révolu. Israël a subi une attaque terroriste d’une horreur indescriptible, perpétrée par un groupe criminel voué à sa destruction. Mais dans son désir de vengeance, Israël se livre à des massacres massifs de civils innocents, en grande partie des enfants, ce qui pourrait devenir encore plus incontrôlable. Israël affirme qu’il ne cible pas les civils. Mais que signifie une telle affirmation alors qu’Israël mène des bombardements aussi violents sur une zone urbaine aussi dense que Gaza ? Pour ceux d’entre nous qui sont juifs, et en particulier pour ceux d’entre nous qui portent le traumatisme du génocide de nos propres ancêtres, il est temps d’affronter les conséquences de ces actes, non seulement pour les Palestiniens, dont la tragédie est évidente, mais pour nous-mêmes. .

Gaza est peuplée en grande partie par les descendants de ceux qui ont été expulsés de leurs foyers lors de la Nakba par les nationalistes juifs. Le moment actuel doit être compris dans le contexte de décennies de répression israélienne contre les Palestiniens et de déni de leurs droits humains fondamentaux. Partout dans le monde, y compris chez moi, aux États-Unis, ceux qui ont toujours nourri de l’aversion et du ressentiment à notre égard utilisent ce moment, avec son histoire, comme excuse pour exprimer ces sentiments. De cette manière, les actions d’Israël fournissent un terrain fertile pour que l’antisémitisme préexistant devienne plus virulent. . Quiconque nie cette réalité n’y prête pas attention.

À mes compatriotes juifs : les actions de l’État d’Israël sont commises au nom de notre préservation dans le monde entier. Il incombe à ceux d’entre nous qui sont juifs d’appeler clairement et ouvertement à l’arrêt de l’attaque israélienne contre Gaza. Si nous ne parvenons pas à arrêter les bombardements, nos enfants et petits-enfants risquent d’hériter d’une double identité : non seulement en tant que cibles de massacres de civils, mais aussi en tant que ceux qui sont restés là lorsque des massacres ont été commis en leur nom.

  • Jason Stanley est professeur de philosophie à l’Université de Yale et auteur, plus récemment, de How Fascism Works: The Politics of Us and Them.

Gn En world

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page