Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

L’usine de Zaporizhzhia exposée au risque de « pulvérisation » de substances radioactives : Ukraine


Il existe un risque de « crachotement de substances radioactives » dans une centrale nucléaire ukrainienne contrôlée par la Russie, selon l’entreprise publique ukrainienne qui la gère.

La centrale nucléaire de Zaporizhzhia (ZNPP) a été saisie par les forces de Vladimir Poutine début mars, quelques semaines seulement après l’invasion russe de l’Ukraine.

On craint de plus en plus une fusion nucléaire sur le site, le plus important du genre en Europe, l’Ukraine et la Russie accusant l’autre d’attaquer le ZNPP.

Samedi, Energoatom, la société d’État ukrainienne qui gère la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, a mis en garde contre une fuite radioactive suite aux bombardements russes.

Dans un communiqué publié sur leur site Internet, ils ont déclaré : « Au cours de la journée écoulée, l’armée russe a bombardé à plusieurs reprises le site du ZNPP, les dégâts font actuellement l’objet d’une enquête.

« En raison de la présence de l’armée russe, de ses armes, de son équipement et de ses explosifs à la centrale, il existe de graves risques pour le fonctionnement sûr de la ZNPP. À la suite de bombardements périodiques, l’infrastructure de la centrale a été endommagée, il existe des risques de fuite d’hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives, et le risque d’incendie est élevé.

« L’Ukraine appelle la communauté mondiale à prendre des mesures immédiates pour forcer la Russie à libérer le ZNPP et à transférer la centrale électrique sous le contrôle de notre pays pour le bien de la sécurité du monde entier. »

La centrale nucléaire de Zaporizhzhia, située dans la zone sous contrôle russe d’Enerhodar, vue de Nikopol le 27 avril 2022. La société qui gère le site a déclaré qu’il y avait un risque de « pulvérisation de substances radioactives ».
Ed JONES / AFP/GETTY

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a envoyé des inspecteurs sur le site, qui devraient arriver dans les prochains jours.

S’adressant au Daily Telegraph, un ingénieur du site a déclaré qu’il craignait que les Russes envisagent de mettre en scène un incident.

Il a déclaré : « Nous nous inquiétons tous de la possible visite des représentants de l’AIEA.
« Qu’ils [the Russians] mettra en place des provocations et les blâmera ensuite sur l’Ukraine. J’ai l’impression que c’est exactement ce qu’ils prévoient de faire. »

Samedi, le ministère russe de la Défense a déclaré que 17 obus ukrainiens avaient été tirés sur le site au cours des dernières 24 heures, dont quatre ont touché un bâtiment contenant du combustible nucléaire, bien que cela n’ait pas été confirmé de manière indépendante.

Plus tôt cette semaine, le ZNPP a été brièvement coupé du réseau électrique principal de l’Ukraine et a dû être alimenté par des générateurs de secours.

La société a déclaré: « Les actions des envahisseurs ont provoqué une déconnexion complète de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia du réseau électrique – la première dans l’histoire de la centrale. »

En réponse, le gouvernement ukrainien a accusé Moscou de vouloir « provoquer une catastrophe nucléaire en Ukraine ».

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a demandé à la fois à la Russie et à l’Ukraine de faire preuve de retenue, déclarant : « Tout dommage potentiel à Zaporizhzhia est un suicide ».

Newsweek a contacté le ministère russe de la Défense et Energoatom pour commentaires.

gb7

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page