Skip to content
L’UE sanctionne les deux filles de Poutine


L’UE a mis sur liste noire les deux filles adultes du président russe Vladimir Poutine et plus de 200 autres personnes dans le cadre de son dernier train de sanctions contre la guerre de Moscou en Ukraine, selon une liste officielle publiée vendredi soir.

Les personnes figurant sur la liste, qui comprenait en outre 18 entreprises, font face à des saisies d’actifs et à des interdictions de voyager dans les 27 pays de l’Union européenne.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne avaient déjà sanctionné les deux filles de Poutine : Maria Vorontsova et Katerina (ou Ekaterina) Tikhonova, nées respectivement en 1985 et 1986.

Leur mère est l’ex-femme du dirigeant russe Lyudmila, dont le divorce avec Poutine a été annoncé en 2013.

Le Kremlin avait gardé les détails de la vie des filles de Poutine un secret bien gardé.

Les États membres de l’UE avaient déjà accepté leur inclusion plus tôt cette semaine, mais leur liste noire n’est entrée en vigueur que vendredi soir avec la publication au Journal officiel de l’Union européenne, qui exige que le travail de traduction soit disponible en 24 langues.

Au total, 217 personnes ont été ajoutées à la liste noire de l’UE, dont la progéniture de Poutine. Cela a élargi la liste dressée contre la Russie à un total de 1 091 personnes.

D’autres entrées notables sur la liste étaient : Herman Gref, le directeur de la plus grande banque cotée en bourse de Russie, Sberbank ; l’oligarque Oleg Deripaska qui possède des usines d’armement ; le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konashenkov ; plus de membres de la famille Rotenberg ultra-riche proche de Poutine ; et les membres des administrations politiques qui gèrent des enclaves séparatistes soutenues par la Russie dans l’est de l’Ukraine.

« Nous renforçons à nouveau nos listes de sanctions et ajoutons davantage de personnes issues de la politique, du secteur des affaires et des personnes engagées dans des activités de propagande, ainsi que davantage d’entités des secteurs financier, militaro-industriel et des transports », a déclaré le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, dans un communiqué. déclaration.

« Nous ciblons le Kremlin, les élites politiques et économiques qui soutiennent la guerre de Poutine en Ukraine. Le but de nos sanctions est de mettre un terme au comportement irresponsable, inhumain et agressif des troupes russes et de faire comprendre aux décideurs du Kremlin que leur action illégale l’agression a un coût élevé. »

L’UE a déclaré que Vorontsova figurait sur la liste parce qu’elle était copropriétaire de Nomenko, une société « impliquée dans le plus grand projet d’investissement privé de Russie dans le domaine de la santé ». Elle était donc réputée bénéficier du gouvernement russe et était impliquée dans un secteur qui lui procurait des revenus.

Elle est réputée mariée à un homme d’affaires néerlandais d’origine russe, selon les médias.

La liste de l’UE incluait sa sœur Tikhonova car « elle dirige actuellement l’initiative de développement Innopraktika, financée par des entreprises russes clés dont les administrateurs sont membres du cercle restreint des oligarques proches du président Poutine ». Elle a également été considérée comme bénéficiant du Kremlin et impliquée dans ses revenus.

L’Union européenne a déjà imposé un gel des avoirs à Poutine lui-même suite à l’invasion de l’Ukraine alors qu’elle tente de faire monter la pression sur le président russe et son entourage,

Le dernier ensemble de sanctions de l’UE interdit les importations de charbon russe, empêche les navires russes d’entrer dans les ports européens et étend les sanctions au secteur financier et au commerce russes.

Russia News

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.