Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

L’UE reçoit un avertissement à l’approche de l’accord de financement – POLITICO


BUDAPEST – La Hongrie dupe l’UE, ont averti les militants anti-corruption cette semaine alors que Bruxelles se rapproche de la distribution de milliards en échange d’une liste de réformes promises par Viktor Orbán.

Depuis plus d’une décennie, les inquiétudes grandissent dans toute l’Europe quant au fait qu’Orbán, le Premier ministre hongrois, centralise le pouvoir, vide les institutions indépendantes et canalise les fonds publics vers la famille et les amis.

Les responsables cherchant à endiguer la vague de recul démocratique en Hongrie ont cherché à utiliser le pouvoir de l’argent de l’UE pour faire pression sur le gouvernement d’Orbán afin qu’il change de comportement. En septembre, la Commission européenne a recommandé la suspension de 7,5 milliards d’euros de fonds européens. De même, l’UE a retenu l’accès de la Hongrie aux fonds de récupération des coronavirus, dans l’espoir d’extraire un certain nombre de réformes de Budapest.

Maintenant, un accord semble proche.

Confronté à d’importantes pressions économiques dans son pays, Orbán a récemment accepté de mettre en œuvre un ensemble de 17 réformes, négociées avec la Commission, en échange de l’accès aux fonds européens. L’offre pourrait ouvrir la voie au Conseil de l’UE pour qu’il abandonne la réduction de financement proposée et permette à Budapest d’accéder aux fonds du budget ordinaire de l’UE. Un accord semble également en cours pour débloquer l’argent post-pandémique de la Hongrie.

À Budapest, cependant, les experts et les militants affirment que les nouvelles réformes sont insuffisantes et ne feront pas grand-chose pour résoudre le problème de la corruption généralisée de haut niveau et du recul démocratique.

Au centre du train de réformes de la Hongrie se trouve une nouvelle « Autorité d’intégrité » pour protéger les fonds de l’UE. L’organisme aura le pouvoir de suspendre les offres de marchés publics pendant deux mois pendant que des préoccupations sont soulevées et d’aller en justice pour se plaindre que d’autres institutions n’ont pas agi – mais il n’a pas la compétence pour lutter directement contre la corruption.

« C’est une solution très faible, comparée à ce qui aurait pu être », a déclaré Sándor Léderer, directeur de K-Monitor, un groupe de surveillance anti-corruption.

Les groupes de la société civile restent sceptiques quant à l’offre de Budapest – et se disent déçus du manque de consultation de la Commission avec les personnes sur le terrain. Selon eux, Bruxelles renonce à une rare opportunité de changement.

« Dans un système où la corruption est si profondément liée à son fonctionnement », a déclaré Léderer, « il est très difficile d’imaginer qu’à ce niveau politique, quiconque prenne au sérieux la lutte contre la corruption ».

« Nous avions de sérieux doutes sur ce qui pourrait en sortir », a-t-il dit, ajoutant qu’en même temps « il n’y a jamais eu une telle pression sur le gouvernement hongrois pour qu’il prenne des mesures contre la corruption, et il n’y a jamais eu d’activité législative ou d’institution aussi intense- construire sur cette question.

Détailler ses peurs

Au-delà de l’Autorité d’intégrité promise, d’autres éléments du paquet de réformes comprennent de nouvelles règles sur les conflits d’intérêts, un engagement à réduire les contrats à offre unique et davantage de mesures de transparence.

Cependant, des groupes de la société civile ont souligné les lacunes et les lacunes de toutes les nouvelles réformes du gouvernement, ainsi que les éventuelles difficultés pratiques de leur mise en œuvre.

« Alors que dans certains des domaines ci-dessus, il est possible d’identifier des étapes dans la direction suggérée par l’Union européenne, le gouvernement, lors de la formulation des mesures correctives, a pris soin de ne pas introduire de changements qui ébranleraient le cadre institutionnel et procédural. [fundamentals] de l’État capturé et illibéral », a déclaré un groupe de groupes de la société civile hongroise dans une analyse conjointe le mois dernier.

Certaines organisations sont également frustrées que la Commission n’ait pas fait pression pour de meilleures garanties afin de préserver l’indépendance des institutions démocratiques, telles que l’Autorité de la concurrence et le Bureau d’audit de l’État. Et ils ont déploré qu’il n’exigeait pas de réformes imposant des conséquences plus concrètes pour les actes de corruption.

« Aucun cadre anti-corruption ne peut être efficace sans un pouvoir judiciaire indépendant », a déclaré Márta Pardavi, coprésidente du Comité hongrois d’Helsinki, un organisme de surveillance des droits.

La Commission et les autorités hongroises sont également en train de discuter d’une éventuelle série de réformes judiciaires, mais les experts restent sceptiques.

Les responsables hongrois ont publiquement insisté sur le fait que leur train de réformes aboutira à des résultats tangibles. Les responsables de l’UE ont également noté que la Hongrie devrait se voir attribuer des «étapes» de réforme qu’elle doit franchir avant de pouvoir recevoir des fonds de relance.

Interrogée sur les préoccupations des groupes de la société civile, la Commission a déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique qu’elle « ne commente pas les mesures individuelles adoptées par les autorités hongroises dans le cadre du régime de conditionnalité de l’État de droit » – le nom officiel de l’UE pour l’outil qui lui permet de retenir des fonds budgétaires pour des raisons d’érosion démocratique.

La Commission a indiqué qu’elle évaluerait l’offre « collectivement après le 19 novembre », date limite fixée par Bruxelles et Budapest pour que la Hongrie fasse rapport sur la mise en œuvre de ses réformes.

Le gouvernement hongrois n’a pas répondu aux questions de POLITICO.

« Même si les 17 promesses en demi-teinte seront complétées par des mesures supplémentaires pour rétablir certaines garanties d’indépendance dans le système judiciaire », a déclaré Pardavi, « les dommages ne peuvent être réparés du jour au lendemain par ceux qui les ont amenés sur le pays ».




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page