Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

L’UE adopte des lois pour faire en sorte que davantage de femmes soient nommées dans les conseils d’administration des entreprises

Publié le: Modifié:

Le Parlement européen a adopté mardi une législation historique visant à augmenter le nombre de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises de l’Union européenne.

Les législateurs de l’Union européenne (UE) réunis à Strasbourg ont approuvé les mesures tant attendues après 10 ans de négociations au sein du bloc.

Les nouvelles règles visent à ce qu’au moins 40% des postes de directeur non exécutif ou un tiers de tous les postes de directeur des entreprises cotées en bourse soient occupés par des femmes d’ici juillet 2026.

« C’est un moment tant attendu, un moment à célébrer comme une percée dans l’égalité des sexes », a déclaré la Commission européenne, le bras exécutif du bloc, dans un communiqué.

« Nous aurons désormais une loi européenne pour briser le plafond de verre des conseils d’administration des sociétés cotées. »


Les femmes membres du conseil d’administration

L’UE affirme qu’en moyenne dans le bloc des 27 pays, seulement 30 % des membres des conseils d’administration des entreprises sont des femmes.

Ce chiffre varie considérablement d’un État membre à l’autre, allant de 45 % en France à 8 % à Chypre.

Actuellement, moins d’une entreprise sur 10 parmi les plus grandes d’Europe a une femme à sa tête.

Pénalités

Les nouvelles réglementations obligent les États membres de l’UE à imposer des sanctions « efficaces » aux entreprises qui n’atteignent pas les objectifs, y compris des amendes ou d’être publiquement nommées et humiliées.

Selon les règles, « le mérite doit rester le critère clé dans les procédures de sélection » et les entreprises cotées devront fournir des mises à jour annuelles de l’équilibre entre les sexes au sein de leurs conseils d’administration.

Les entreprises de moins de 250 salariés seront exemptées de la réglementation.

« Nous donnons enfin aux femmes une chance équitable d’occuper des postes de direction dans l’entreprise », a déclaré l’eurodéputée autrichienne Evelyn Regner, qui a mené la pression pour une nouvelle réglementation.

« Nous supprimons l’un des principaux obstacles à l’accès des femmes aux ‘meilleurs emplois’ : les réseaux masculins informels. Désormais, la compétence comptera davantage », a-t-elle déclaré.

Lire aussi :

(avec AFP)



rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page