Skip to content
L’UE accorde le statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie

Publié le: Modifié:

Les dirigeants de l’Union européenne ont officiellement accepté d’accorder le statut de candidat à l’Ukraine, ainsi qu’à la Moldavie, bien que les deux anciennes républiques soviétiques soient confrontées à un long chemin avant de rejoindre le bloc.

Le président du Conseil européen Charles Michel en a fait l’annonce jeudi.

« Aujourd’hui marque une étape cruciale sur votre chemin vers l’UE », a déclaré Michel, qualifiant la décision de « moment historique ».

L’Ukraine a demandé à rejoindre le bloc quelques jours seulement après l’invasion russe du 24 février, et le processus de candidature à candidature s’est déroulé à une vitesse record.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué la nouvelle comme « un moment unique et historique », ajoutant que « l’avenir de l’Ukraine est au sein de l’UE ».

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la décision des dirigeants de l’UE envoyait un « signal très fort » à la Russie que les Européens soutenaient les aspirations pro-occidentales de l’Ukraine.

Le président Vladimir Poutine avait déclaré que l’Ukraine faisait partie de la sphère de Moscou et avait insisté sur le fait qu’il agissait en raison des tentatives de faire entrer le pays dans l’OTAN, l’alliance occidentale qui s’accompagne de garanties de sécurité.

« Famille européenne »

Avant l’invasion, les puissances européennes s’étaient éloignées du soutien américain aux aspirations de l’Ukraine à l’OTAN et l’adhésion à l’UE peut prendre des années sans garantie de succès.

L’Ukraine et la Moldavie devront passer par de longues négociations et l’Union européenne a défini des mesures que Kyiv doit prendre avant cela, notamment le renforcement de l’État de droit et la lutte contre la corruption.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que le processus d’adhésion serait « fondé sur le mérite » et « conforme aux règles ».

La candidature de la Moldavie a également été acceptée, mais un troisième ancien État soviétique, la Géorgie, doit encore se qualifier pour la candidature.

Von der Leyen a déclaré que les trois pays faisaient « partie de la famille européenne ».

Lors d’un sommet séparé à Bruxelles jeudi, plusieurs dirigeants des Balkans occidentaux ont exprimé leur frustration face au long processus d’adhésion à l’UE.

« La Macédoine du Nord est candidate [for] 17 ans si je n’ai pas perdu le compte, l’Albanie huit, alors bienvenue en Ukraine », a prévenu le Premier ministre albanais Edi Rama.

Il y a un mois, la France a averti que la candidature de l’Ukraine à l’adhésion à l’UE ne serait pas finalisée avant « 15 ou 20 ans », jetant de l’eau froide sur les espoirs de Kyiv d’une entrée rapide.

Le président Macron est favorable à la création d’une « communauté politique européenne » plus lâche et plus large pour inclure les pays en attente d’adhésion à l’UE ou même ceux qui l’ont quittée, qui pour le moment ne comprend que le Royaume-Uni.

Lire aussi :

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.