Nouvelles

Lourde défaite des Bleus face aux Canadiens (59-45)


Au lendemain de sa convaincante victoire en ouverture face à l’Australie (70-57), l’équipe de France féminine de basket a trébuché sur le tapis lors de son deuxième match de Coupe du monde, lourdement battue par le Canada vendredi à Sydney (59-45). Les Bleues, à court d’adresse (31% de réussite au tir, 3/19 à trois points) ratent ainsi une belle occasion de se rapprocher des quarts de finale avant d’affronter le Mali dimanche (06h30 françaises).

Le Canada mène le groupe B

Dans le groupe B, ils laissent les Canadiens prendre la tête (deux victoires) et se retrouvent au coude-à-coude (un succès) avec la Serbie, le Japon et l’Australie s’ils battent le Mali dans la soirée, si la logique sportive est respectée.

Après avoir connu un énorme trou d’air entre la fin de la première période et le début de la seconde (0-17, de 17-20 à 17-37), ils ont perdu avec un écart important qui a annulé l’écart de points. favorable acquis après le succès face aux Australiens. En cas d’égalité entre plus de deux équipes, elles seront départagées par la différence générale de points.

Comment expliquer cette lourde défaite ?

Est-ce la fatigue ? Le contraste par rapport à la veille, avec des stands cette fois presque vides ? Les joueurs de Jean-Aimé Toupane n’étaient en tout cas que l’ombre de l’équipe qui a fait tomber l’hôte australien. Pas tant en défense, où ils ont conservé la même agressivité mais sont tombés sur une équipe plus adroite, notamment à partir du deuxième quart-temps, qu’en attaque.

Ils ont ainsi subi une énorme perte au tir, qu’ils n’ont pas réussi à rattraper en prenant des rebonds offensifs (19 tirs canadiens), et ont perdu trop de ballons (14). Au niveau individuel, Gabby Williams a moins brillé que face aux Opales (13 pts contre 23) et a été trop peu soutenue : aucune autre joueuse n’a dépassé la barre des dix unités (sept points chacune pour Alexia Chartereau et Marine Fauthoux).

europe1 Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page