Skip to content
L’ONU demande au Royaume-Uni de protéger les réfugiées ukrainiennes — RT Russie et ex-Union soviétique


Le programme britannique d’installation des réfugiés ukrainiens avait été critiqué plus tôt comme risquant d’être « Tinder pour les trafiquants sexuels »

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a appelé les autorités britanniques à corriger le processus d’appariement dans son programme Homes for Ukraine après des informations affirmant que certains hommes britanniques avaient tenté d’utiliser le programme pour exploiter sexuellement des réfugiées ukrainiennes célibataires.

« Un processus de jumelage plus approprié pourrait être mis en place en veillant à ce que les femmes et les femmes avec enfants soient jumelées avec des familles ou des couples, plutôt qu’avec des hommes célibataires », a déclaré mercredi un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Guardian.

Autoriser les femmes réfugiées à emménager dans les foyers britanniques »sans surveillance appropriée peut conduire à une augmentation des risques auxquels les femmes peuvent être confrontées, en plus du traumatisme du déplacement, de la séparation familiale et de la violence déjà subie », il a souligné.

Le programme Homes for Ukraine a été lancé à la mi-mars pour aider les Ukrainiens fuyant le conflit à trouver un logement temporaire au Royaume-Uni. Il permet aux individus et aux entités de devenir parrain et de désigner des réfugiés seuls ou toute une famille pour vivre avec eux sous un même toit ou dans une propriété séparée. On ne peut pas demander un visa britannique sans avoir un parrain à l’intérieur du pays.


Un service de jumelage soutenu par le gouvernement dans le cadre de Homes for Ukraine a commencé à fonctionner il y a un peu plus d’une semaine et avant cela, les sponsors et leurs invités devaient se connecter par eux-mêmes, en utilisant les médias sociaux.

De nombreux citoyens britanniques ont postulé au programme avec le désir d’aider, mais des rapports ont également fait état de certains hommes offrant un abri aux femmes ukrainiennes en échange de relations sexuelles, leur demandant d’envoyer des photos et mentant sur leur richesse et leurs conditions de vie pour attirer les femmes.

De tels développements ont suscité de nombreuses critiques de la part des organisations caritatives britanniques, Louise Calvey, responsable de la sauvegarde chez Refugee Action, avertissant que le programme risquait de devenir effectivement « Tinder pour les trafiquants de sexe. »

Sa collègue de Positive Action in Housing, Robina Qureshi, a déclaré qu’elle était en « choc viscéral » de la façon dont Homes for Ukraine a été mis en œuvre. Tout régulateur aurait immédiatement mis fin à un tel système s’il était géré par une ONG au lieu du gouvernement, a-t-elle ajouté.

Un porte-parole du gouvernement britannique a répondu à la demande du HCR en disant que « Les tentatives d’exploitation des personnes vulnérables sont vraiment ignobles. » Il a assuré au Guardian que Homes for Ukraine avait été conçu « avoir des garanties spécifiques en place, y compris une sécurité robuste et des vérifications des antécédents de tous les sponsors, à la fois par le ministère de l’Intérieur et les autorités locales. »


L’ONU demande au Royaume-Uni de protéger les réfugiées ukrainiennes — RT Russie et ex-Union soviétique

Les craintes d’exploitation sexuelle ne sont pas le seul problème qui afflige Homes for Ukraine. Selon le HCR, plus de 4,6 millions d’Ukrainiens ont fui le pays après le début du conflit fin février. Mais seuls 12 000 d’entre eux ont jusqu’à présent pu entrer en Grande-Bretagne. Priti Patel, le ministre de l’Intérieur, s’est excusé vendredi pour le temps qu’il a fallu aux réfugiés ukrainiens pour arriver dans le pays.

La Russie a lancé une offensive à grande échelle contre l’Ukraine après l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk signés en 2014 et la reconnaissance éventuelle par la Russie des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk négocié par l’Allemagne et la France a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Moscou a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux régions rebelles par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.