Nouvelles locales

L’OMS lance un avertissement sur la transmission de l’homme au chien du monkeypox

Publié le:

L’Organisation mondiale de la santé a appelé les personnes infectées par le monkeypox à éviter d’exposer les animaux au virus à la suite d’un premier cas signalé de transmission de l’homme au chien.

Un premier cas de transmission interhumaine du monkeypox – entre deux hommes et leur lévrier italien vivant ensemble à Paris – a été rapporté la semaine dernière dans la revue médicale The Lancet.

Rosamund Lewis, responsable technique de l’OMS pour le monkeypox, a déclaré mercredi : « Il s’agit du premier cas signalé de transmission de l’homme à l’animal… et nous pensons qu’il s’agit du premier cas d’infection d’un chien. »

Les experts étaient conscients du risque théorique qu’un tel saut puisse se produire, a-t-elle déclaré, ajoutant que les agences de santé publique avaient déjà conseillé aux personnes souffrant de la maladie de « s’isoler de leurs animaux de compagnie ».

Elle a également déclaré que « la gestion des déchets est essentielle » pour réduire le risque de contamination des rongeurs et autres animaux en dehors du ménage.


Franchir la barrière des espèces

Lorsque les virus franchissent la barrière des espèces, cela fait souvent craindre qu’ils puissent muter dangereusement.

Lewis a souligné que jusqu’à présent, aucun cas de variole du singe n’avait été signalé.

Mais elle a reconnu que « dès que le virus se déplace dans un cadre différent dans une population différente, il est évidemment possible qu’il se développe différemment et mute différemment ».

La principale préoccupation tourne autour des animaux en dehors du ménage.

Selon le directeur des urgences de l’OMS, Michael Ryan : « La situation la plus dangereuse… est celle où un virus peut pénétrer dans une petite population de mammifères à forte densité d’animaux.

« C’est à travers le processus d’un animal infectant le suivant et le suivant et le suivant que vous voyez une évolution rapide du virus. »

Il a toutefois souligné qu’il y avait peu de raisons de s’inquiéter des animaux domestiques.

Augmentation de la nouvelle souche

La recrudescence des infections à monkeypox est signalée depuis début mai en dehors des pays africains endémiques.

Le 23 juin, l’OMS a déclaré la situation une urgence de santé publique internationale.

Plus de 35 000 cas ont été recensés dans 92 pays, entraînant 12 décès confirmés.

Tous les nouveaux cas ont été signalés en Europe et dans les Amériques.

Renommer monkeypox pourrait prendre des mois

Pendant ce temps, l’OMS a déclaré que sa volonté de renommer le monkeypox pourrait prendre « plusieurs mois ».

L’organisation s’inquiète depuis des semaines du nom, les experts craignant qu’il ne soit trompeur.

Monkeypox a reçu son nom parce que le virus a été identifié à l’origine chez des singes gardés pour la recherche au Danemark en 1958.

Cependant, la maladie se retrouve le plus souvent chez les rongeurs et l’épidémie actuelle se propage par contact étroit entre humains.

L’OMS a demandé l’aide du public pour trouver un nouveau nom, avec un site Web dédié où chacun peut faire des suggestions.

« Nous informerons le public d’ici la fin de l’année », a déclaré l’OMS.



rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page