Skip to content
L’OM éliminé après sa défaite face à Galatasaray

Les Marseillais, qui devaient gagner à Istanbul pour rester dans la course, ont échoué contre Galatasaray (4-2) jeudi et ont été éliminés de la Ligue Europa. Cependant, ils ont encore une chance de rejoindre les play-offs de la nouvelle conférence Europa Conference.

C’est une défaite amère pour l’OM. Largement battu par Galatasaray (4-2) à Istanbul, le club marseillais a perdu, jeudi 25 novembre, tout espoir de se qualifier pour la suite de la Ligue Europa.

Sans idée offensive en l’absence de Dimitri Payet et en grande détresse défensive, l’OM a été éliminé de la compétition, ce qui envoie son avenir continental un cran plus bas, en conférence de Ligue Europa.

« Il faut absolument gagner », « C’est la dernière carte »… Le refrain avait déjà été chanté avant le 4e journée et quatrième nul de Marseille, face à la Lazio Rome. Mais jeudi c’était vrai, l’OM devait vraiment gagner pour garder une chance de terminer en tête du groupe E et aller tout droit à 8es de finale de la C3.

Les joueurs de Jorge Sampaoli, pénalisés notamment par une terrible première demi-heure, sont restés très loin et ne peuvent même pas terminer deuxième, la Lazio s’étant imposée sur le terrain du Lokomotiv Moscou.

Pour l’OM, ​​l’Europe n’est pas encore finie. Il accueillera le Lokomotiv Moscou lors de la dernière journée de poules et un tirage au sort lui suffira pour accéder aux play-offs de la nouvelle C4, modeste lot de consolation.

Ambiance hostile et nombreux échecs

La sanction est logique car cette fois, contrairement à trois des premiers matches, Marseille n’a vraiment pas fait mieux que son adversaire, porté par la fureur de ses supporters, qui ont fait tomber les sifflets à torrent dès qu’un Marseillais a eu le ballon, avec un Quelques décibels en prime quand il s’agissait de Guendouzi, repéré par les Stambouliotes après quelques tensions au match aller.

Quelques projectiles et bouteilles d’eau ont également été envoyés depuis les tribunes, comme c’est désormais une mauvaise habitude quand l’OM joue, mais le match a pu continuer, grâce notamment à l’intervention du gardien de Galatasaray Muslera, qui l’a très clairement précisé. à ses partisans ce qu’il pensait de leur comportement.

Mais bien plus que l’ambiance hostile, ce sont les absences de Payet et Rongier qui ont pesé très lourd, comme celle d’Under, insuffisamment récupéré et qui n’a pas joué.

Les Marseillais sont également poursuivis par un manque de réussite assez spectaculaire depuis le début de la Ligue Europa et ils ont de nouveau touché les montants à deux reprises en première période, par Luan Peres (20e) puis Dieng (42e).

Mais le 4-4-2 inauguré par Sampaoli pour tenter de pallier les absences n’a pas fonctionné et les échecs ont été nombreux, à commencer par celui de Kamara, dont les deux pertes de balle se sont soldées par une reprise de volée sur la barre de Diagne (11e) et l’ouverture du score de Cicaldau dans la minute suivante (1-0, 12e).

« dernière carte » européenne

Les Turcs ont également trouvé d’immenses espaces du côté gauche marseillais, théoriquement protégés par Luan Peres et Gueye, mais en fait délaissés. Et c’est en toute logique que Galatasaray a doublé la mise, Caleta-Car envoyant dans son propre but un ballon de Cicaldau (2-0, 30e).

Le résultat n’était pas meilleur et les Turcs marquaient tout de même deux buts faciles, par Feghouli (64e) et Babel (83e), abandonné par la défense adverse. Après chacun de ces deux buts, l’OM a réagi par Milik, d’abord sur un penalty transformé en deux étapes (69e, 3-1), puis un en-tête proche (85e, 4-2).

Mais le plateau marseillais était très insuffisant, avec quelques énigmes (Gerson) et des dérapages persistants, comme Lirola ou Milik, très décevant malgré son doublé.

Ce groupe E a été difficile et l’OM n’a jamais tout à fait pris la mesure. Après une campagne désastreuse en Ligue des champions la saison dernière, la C3 n’a pas été bonne cette année non plus. L’OM a une « dernière carte » européenne à jouer, mais ce sera donc en C4. Avant cela, il reviendra en Ligue 1 et au stade Vélodrome à huis clos, dimanche contre Troyes.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.