les sénateurs approuvent la fermeture définitive des vannes du plus grand champ de gaz naturel d’Europe

Une installation d'extraction de gaz près de Garelsweerd, dans la province de Groningue, au nord des Pays-Bas, le 23 novembre 2021.

Le Sénat néerlandais a approuvé la fermeture définitive des vannes du champ de gaz naturel de Groningue (Nord), le plus grand d’Europe. Son exploitation fut à l’origine de tremblements de terre qui ébranlèrent les riverains pendant des décennies. Le robinet sera définitivement coupé le 1euh Octobre 2024, un an après la fin de l’exploitation du gisement et après des années de lutte politique.

« Le gouvernement souhaite ainsi apporter plus de clarté et de certitude quant à la fin définitive de l’extraction de gaz », a déclaré la Chambre haute dans un communiqué mardi soir. Depuis octobre, les autorités maintiennent des unités d’extraction opérationnelles en cas d’hiver « très rigoureux »sur fond de tensions géopolitiques persistantes.

Le gisement était exploité depuis 1963, mais depuis plus de vingt ans la population subit des séismes de faible ampleur mais proches de la surface, dus aux poches de vide formées lors de l’extraction du gaz, qui provoquent de nombreux dégâts.

Après s’être réjouis en 2018 de la fermeture annoncée du gisement, les habitants ont été déçus par les avertissements des experts selon lesquels les tremblements de terre pourraient se poursuivre pendant des années. Beaucoup d’entre eux se sont également retrouvés dans un bourbier juridique et technique en matière d’indemnisation.

Un « moment historique »

Et si l’extraction de gaz a progressivement été réduite quasiment à néant, La Haye a décidé en 2022 de reporter la fermeture des vannes en raison des incertitudes énergétiques mondiales provoquées en grande partie par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Une dette d’honneur doit être payée à la population de Groningue, en premier lieu en accélérant le renforcement des bâtiments et le règlement des dégâts »» a déclaré le Sénat.

Un groupe de campagne d’habitants, le Groningen Bodem Beweging (GBB), a appelé à la loi « moment historique »se disant « heureux et soulagé »même si la décision est « doux-amer ».

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les Pays-Bas ferment les vannes des plus grands gisements de gaz d’Europe

Les critiques de cette décision ont exprimé leurs inquiétudes quant à la sécurité de l’approvisionnement en gaz des Pays-Bas, compte tenu notamment des incertitudes provoquées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
Quitter la version mobile