Les Rolling Stones et leur premier album

Si tout a réellement commencé par une rencontre entre Keith et Mick sur un quai de la gare de Darford, en banlieue londonienne, le chemin a été long jusqu’à la sortie du tout premier album des Rolling Stones.

17 avril 1964 : sortie du premier album des Rolling Stones

Gare de Dartford, le matin du 17 décembre 1961. Keith se tenait sur le quai ce jour-là, attendant le train, un disque de Chuck Berry à la main. Mick le repère et ils discutent de leurs goûts musicaux. Jagger est également fan de Chuck Berry et il fréquente une bande d’amis passionnés qui se retrouvent tous les samedis matins dans un bar équipé d’un juke-box pour écouter des disques de rock et de rythm’n’blues américain. Mick a proposé à Keith de venir les voir et c’est à cette époque que leur amitié est née.

Les deux amis se mettent alors à fouiller ensemble les bacs des disquaires, à la recherche de disques de Chuck Berry, Buddy Holly, Eddie Cochran, Jimmy Reed, BB King, Little Milton ou Muddy Waters, qu’ils ne trouvent pas dans leur magasin habituel. . Dans le même temps, Jagger faisait également livrer par courrier de nombreux disques de blues et de rythm’n’blues, commandés directement auprès de Chess Records, un label de Chicago. Et cette énorme collection fait saliver d’envie tous les collectionneurs et fans de blues, y compris Keith Richards.

De temps en temps, Mick et Keith se rendent à Manchester pour assister à des concerts d’artistes légendaires, tels que John Lee Hooker, Memphis Slim, Junior Wells, Buddy Guy et Hubert Sumlin. Ils sont irrésistiblement attirés par l’authenticité du blues. Ils sont toujours d’accord lorsqu’il s’agit de distinguer les faux artistes des vrais. Et ils essaient de retrouver cela dans chacune de leurs propres expériences musicales, depuis le début.

Durant l’été 1961, lors d’un voyage à la mer avec leurs parents dans le Devon, Keith, 17 ans, et Mick, 18 ans, jouent de manière impromptue dans un pub, le public est émerveillé. anges. À la fin de l’année, ils rejoignent Dick Taylor, un ami de Keith de Sidcup qui jouait de la basse, ainsi que Bob Beckwith à la guitare et Allen Etherington à la batterie pour former Little Boy Blue and the Blue Boys, avec Mick Jagger comme leader. Petit garçon bleu. Parmi les premières chansons, ils

les reprises incluent « That’ll Be The Day » et « Not Fade Away » de Buddy Holly, « Reelin’ and Rockin' » de Chuck Berry, « Bright Lights, Big City » de Jimmy Reed et « I Just Want To Make Love To Vous »par Muddy Waters.

Leurs premiers concerts sous le nom de Little Boy Blue et des Blue Boys ont eu lieu au Ealing Jazz Club de Londres. Alexis Korner, le père de la scène blues londonienne, y joue également chaque semaine avec son groupe Blues Incorporated, dans lequel on retrouve le jeune Charlie Watts à la batterie et Ian Stewart au piano. C’est également là que Mick et Keith rencontrent Brian Jones (dont le nom complet était Lewis Brian Hopkins Jones) qui jouait à cette époque de la guitare slide, sous le pseudonyme d’Elmo Lewis (en hommage au grand guitariste de slide Elmore James, légende du Delta blues) . Bien que Richards ait toujours reconnu le talent et la grande culture musicale de Jones (Brian est même devenu une sorte de mentor pour Keith, lui faisant découvrir des idoles du Delta blues comme Robert Johnson et Son House), il considérait également le guitariste blond de Cheltenham comme quelqu’un de cruel, manipulateur et impitoyable, caractéristiques qui auront plus tard de graves conséquences.

Avant le printemps 1962, Brian Jones et Ian Stewart décident de fonder un groupe de rythme et de blues. Ils ont enrôlé Jagger et Richards, Dick Taylor à la basse et le futur batteur des Kinks, Mick Avory. À l’origine, ils ont choisi le nom The Rollin’ Stones, d’après le titre d’une célèbre chanson de Muddy Waters, « Rollin’ Stone ». Ils ont donné leur premier concert sous le nom des Rolling Stones (avec Tony Chapman à la batterie) au Marquee Club de Londres le 12 juillet 1962. Leur set comprenait des reprises de « Bright Lights, Big City » et « Big Boss Man » de Jimmy Reed. , « De retour aux États-Unis » de Chuck Berry, « Baby What’s Wong ?  » de Willie Dixon,  » Happy Home  » et  » Dust My Broom  » d’Elmore James,  » I Ain’t Go You  » de Billy Boy Arnold et une version très rock’n roll du hit boogie-woogie de 1946  » Down the Road Chacun » d’Amos Milburn.

Au cours des mois suivants, ils ont affiné leurs interprétations sauvages des chansons de Chuck Berry, Bo Diddley et Buddy Holly, en leur insufflant le son brut du blues de Chicago de Jimmy Reed et Muddy Waters. Au fil du temps, Keith et Jones, son partenaire à six cordes, ont développé une chimie complémentaire complexe, dans l’esprit de certains duos de guitares redoutables comme Muddy Waters et Jimmy Rogers, Howlin’ Wolf et Hubert Sumlin, ou encore à l’instar des frères Myers (Louis et David ), qui a joué pour Little Walter, une star de l’harmonica. En s’excusant lors de leurs concerts

de la musique des musiciens de blues de Chicago, les Rolling Stones ont ouvert toute une génération de jeunes britanniques à ces sonorités américaines.

À la fin de l’été 1962, Mick, Keith et Brian emménagent dans un appartement délabré dans la région de Fulham. Acceptant des concerts dans des écoles de danse pour de maigres cachets (voire juste de la bière), ils parviennent à peine à payer leur loyer et volent régulièrement dans les magasins pour se procurer un peu de nourriture. Avant septembre, ils ont organisé un spectacle hebdomadaire au Ealing Jazz Club, puis en janvier, ils ont obtenu une résidence le dimanche après-midi au Crawdaddy Club, une salle underground populaire située au Richmond Station Hotel, alors dirigée par un entrepreneur audacieux appelé Giorgio Gomelsky, qui a rejoint officieusement les Stones, jouant un rôle de direction.

Fin janvier 1963, le bassiste Bill Wyman rejoint le groupe. Son puissant ampli Vox donne aux Rolling Stones le punch bas de gamme qui leur manquait auparavant. Les Stones s’améliorent également en s’offrant les services du batteur Charlie Watts, alors très demandé, qu’ils essayaient de recruter depuis des mois. Watts avait joué avec le groupe fin 62, mais refusait de quitter Blues Incorporated, bien mieux payé (et qui réunissait les talents de Jack Bruce à la contrebasse, Alexis Korner à la guitare, Dick Heckstall-Smith au saxophone, Keith Scott au piano, Cyril Davies à l’harmonica et Long John Baldry au chant). Brian, Mick, Keith et l’équipe purent enfin payer les cachets demandés par Watts, qui rejoignit officiellement les Stones le 2 février 1963, apportant immédiatement une base rythmique solide au groupe (sa place au sein de Blues Incorporated serait occupée par le futur batteur par Cream, Ginger Baker.

Richards a souvent parlé dans des interviews du personnage que Watts a apporté au groupe, décrivant sa sensation et sa capacité à étirer le tempo comme « le secret du son des Stones ». Comme il le dit dans un clip de la section Ask Keith de son site Internet : « Sans un bon batteur, il est terriblement difficile de garder le cap. Alors qu’un bon batteur vous donne la liberté de faire ce que vous voulez. On se sent moins coincé, c’est vraiment le but de la manœuvre. Et Charlie est l’un des meilleurs batteurs que le monde ait jamais connu… tellement spontané et doté d’une immense et belle personnalité, avec un jeu subtil. C’est un bonheur sans cesse renouvelé. Il bouge comme un as. Charlie Watts a toujours été le lit sur lequel repose ma musique. »

Le bassiste Wyman explique ainsi le secret du rythme distinctif des Stones : « C’est simple. Charlie traîne, Keith galope et je joue bien au milieu. « .

Cette lutte rythmique acharnée caractérise à merveille la musique des Stones depuis des décennies.

C’est lors d’un de leurs concerts hebdomadaires au Crawdaddy Club que cette nouvelle formation des Rolling Stones a été remarquée par Andrew Loog Oldham, ancien attaché de presse des Beatles. Il prend la place de Gomelsky comme manager officiel du groupe en avril 1963 et négocie rapidement un contrat pour les Stones avec Decca Records, les qualifiant d’« anti-Beatles », jouant avec leur image de mauvais garçon pour les opposer aux Fab Four, si charmants avec leur coupe vadrouille et leur veste de costume. Parmi les premières campagnes promotionnelles du groupe, Oldham a trouvé ce slogan provocateur : « Laisseriez-vous votre fille épouser un Rolling Stone ? » »

Leur premier single pour Decca, une reprise de Chuck Berry intitulée « Come On », est sorti le 7 juin 1963. La face B comprenait une chanson de Willie Dixon, « I Want to Be Loved », avec Jones à l’harmonica. . Le 23 août, ils ont joué « Come On » en playback dans la célèbre émission télévisée Ready, Steady, Go, sur la BBC. A l’automne, les Stones partent en tournée pendant 5 semaines au Royaume-Uni (du 23 septembre au 3 novembre), en première partie des Everly Brothers, Bo Diddley et Little Richard. Richards se souvient : « C’était un entraînement incroyable. C’était comme si nous étions à Disneyland, ou dans le parc d’attractions de nos rêves. »

Le 7 octobre, les Stones enregistrent leur deuxième single, une reprise de la chanson de Lennon-McCartney  » I Wanna Be Your Man « . L’autre face présente « Stoned », une chanson originale de Jagger et Richards. Le single est sorti le 1er novembre et a été un succès au Royaume-Uni. Pour leur deuxième tournée au Royaume-Uni, du 7 février au 3 mars 1964, les Stones suivent les Ronettes, un girl group américain très populaire. Keith a eu une brève romance avec le chanteur du groupe, Ronnie Bennett, qui travaillait à l’époque avec le producteur Phil Spector. Keith se souvient : « Nous avions 20 ans et nous sommes tombés amoureux. En fait, c’est surtout une question d’hormones. »

Il s’agit du troisième single des Stones pour Decca, une reprise de « Not Fade Away » de Buddy Holly au dos de laquelle on retrouve « Little By Little », qui recevra le premier vrai succès des charts, se hissant à la troisième place du classement. fin février 1964. Leur premier album, simplement intitulé The Rolling Stones, sort chez Decca le 16 avril 1964, quelques mois après son enregistrement en Angleterre. Il propose des versions survitaminées de « I Just Want To Make Love To You » de Willie Dixon, « Route 66 » de Bobby Troup, « Honest I Do » de Jimmy Reed, « Carol » de Chuck Berry, « I’my

King Bee » de Slim Harpo et « Walking the Dog » de Rufus Thomas, ainsi que le premier morceau original de Jagger et Richards, « Tell Me (You’re Coming Back Again) ». L’album est sorti le 30 mai 1964 aux États-Unis par London Records sous le titre England’s Newest Hit Makers. Le reste appartient désormais à l’histoire.

Belkacem Bahlouli

Découvrez en détail la carrière des Rolling Stones dans notre numéro spécial, disponible via notre boutique en ligne.

Quitter la version mobile