Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Les réformes anti-propriétaires empêcheront les étudiants d’aller à l’université, ont averti les ministres

Davantage d’étudiants ne pourront pas aller à l’université si le gouvernement poursuit les réformes du secteur locatif dans un contexte de pénurie chronique de logements étudiants, ont averti les universités.

Dans une lettre ouverte au gouvernement, les universités, les fournisseurs de logements étudiants et les propriétaires ont déclaré que les plans visant à rendre toutes les locations à durée indéterminée entraîneraient une réduction « inévitable » de l’offre de logements étudiants et réduiraient à leur tour le nombre d’étudiants que les établissements peuvent accepter.

La lettre a été signée par Vivienne Stern, directrice générale d’Universities UK, qui représente 140 universités à travers le pays, ainsi que les responsables des services d’hébergement de six universités, dont l’Université de Cambridge.

Cette décision fait suite à des avertissements successifs des propriétaires selon lesquels les projets du gouvernement de faire en sorte que tous les contrats de location soient glissants rendront impossible de garantir la disponibilité de logements étudiants pour le début de chaque année universitaire.

Dans son livre blanc de juin, intitulé « Un secteur locatif privé plus juste », le secrétaire au Logement Michael Gove a présenté des propositions pour se débarrasser des contrats de location à court terme garantis et des expulsions « sans faute » de l’article 21.

Bien que ces mesures offrent aux locataires une protection beaucoup plus grande sur le marché locatif, les propriétaires ont averti qu’ils causeraient le chaos dans le secteur du logement étudiant, où les propriétés ne sont généralement louées que pour une année universitaire à la fois.

Le livre blanc a permis que les logements étudiants construits à cet effet – qui sont construits et gérés par des établissements – soient exemptés, pour tenir compte du fait que la plupart des étudiants déménagent à la fin de chaque année universitaire. Mais il a déclaré que cette exemption ne s’appliquerait pas aux résidences étudiantes privées.

Les propriétaires et les universités ont exhorté le gouvernement à étendre l’exemption au secteur privé de la location étudiante et à permettre aux étudiants propriétaires d’expulser les locataires avec un préavis de deux mois pour garantir que le secteur puisse continuer à fonctionner.

« Une pénurie de ces logements a déjà conduit certaines institutions académiques à demander qu’une limite soit imposée aux inscriptions d’étudiants aussi longtemps que les cinq prochaines années », prévient la lettre.

« L’introduction proposée de baux à durée indéterminée et la réduction inévitable de l’offre de logements sont donc susceptibles de limiter davantage l’expansion du secteur de l’éducation, au détriment des futurs étudiants et de la société en général. »

L’automne dernier, l’Université de Glasgow a demandé aux étudiants de reporter leur place en raison d’un manque de logements étudiants.

Le fait d’avoir des normes différentes pour la PBSA pénalisera les étudiants les moins aisés, car les logements étudiants privés sont généralement moins chers que ceux qui sont construits à cet effet, ajoute la lettre.

Parmi les autres signataires figuraient Ben Beadle, directeur général de la National Residential Landlords Association, un organisme commercial de propriétaires, et Melanie Leech, directrice générale de la British Property Federation, un groupe d’investissement.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré: «Ce gouvernement est absolument déterminé à offrir un accord plus équitable aux locataires.

«Nous présenterons un projet de loi sur la réforme des locataires au sein de ce Parlement, abolissant les« expulsions sans faute »afin que tous les locataires – y compris les étudiants universitaires – bénéficient d’une plus grande sécurité dans leur logement et soient habilités à contester les mauvaises conditions et les augmentations de loyer déraisonnables. Le gouvernement continue de dialoguer avec les parties prenantes du secteur locatif privé, y compris les propriétaires et les étudiants. »


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page