Skip to content
Les prix de l’immobilier à proximité des pistes de ski sont en hausse


Le prix des maisons à proximité des principales pistes de ski a considérablement augmenté au cours de la dernière année, a révélé Royal LePage dans une étude publiée mercredi.

En 2021, une maison près des pistes de ski se vendait en moyenne 422 500 $ (+ 22,1 %), tandis qu’une copropriété se vendait 299 200 $, soit une augmentation de 9,1 % par rapport au même. période en 2020, selon l’étude de Royal LePage.

Parmi les huit secteurs de villégiature à l’étude, entre 2020 et 2021, la région de Bromont a connu la plus forte croissance. Le prix médian des maisons unifamiliales de son secteur a plus que doublé (+58,7%) d’une année sur l’autre, atteignant 607 000 $. Le prix des copropriétés a pour sa part atteint 381 000 $, un bond de 41,1 %.

Le télétravail et la quête d’une oasis de tranquillité ont suscité une demande sans précédent de la part des acheteurs en milieu urbain, faisant fortement grimper les prix au cours de la dernière année, a indiqué le courtier immobilier dans un communiqué.

« La demande immobilière à proximité des principales pistes de ski de l’Estrie est vigoureuse depuis le début de l’année, tirée principalement par les acheteurs de la Rive-Sud de Montréal », a déclaré Christian Longpré, copropriétaire et courtier immobilier, dans un communiqué. Libération. Royal LePage au sommet. « Nous nous attendons à ce que les niveaux de stocks rebondissent modestement d’ici le printemps 2022, ce qui pourrait ralentir la hausse des prix. »

Royal LePage a prédit que les prix des propriétés augmenteront respectivement de 6,0 % à Bromont, de 3,0 % à Sutton et de 5,0 % à Orford d’ici la fin de 2022.

En revanche, le secteur de la Capitale-Nationale a connu une augmentation plus discrète en 2021 de ses propriétés à proximité d’une montagne de ski. Le prix médian d’une maison unifamiliale a augmenté de 8,9 % d’une année à l’autre pour atteindre 275 000 $, tandis que les ventes ont bondi de 10,0 %. Le prix médian d’une copropriété dans la région, quant à lui, a augmenté de 13,6% d’une année à l’autre pour atteindre 125 000 $, tandis que les ventes de copropriétés ont bondi de 28,9%.

« La région du Mont Sainte-Anne figure parmi les marchés immobiliers de villégiature les plus abordables de la province, a déclaré Michèle Fournier, vice-présidente, Royal LePage Inter-Québec. « Les acheteurs de résidences secondaires sont nombreux et bénéficient d’un emplacement idéal, entre Québec et Charlevoix. L’arrivée du Club Med de Charlevoix promet aussi d’accroître l’engouement pour le tourisme et la location courte durée dans la région. « 

Royal LePage prévoit que le prix médian des propriétés unifamiliales dans cette région augmentera de 4 % en 2022.

Dans la grande majorité des régions étudiées de la province, le courtier a également observé une baisse des ventes de propriétés en raison de la pénurie chronique de stocks accentuée par une augmentation de la demande résidentielle depuis le début de la pandémie.

journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.