Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Les pays de l’UE s’affrontent autour du mémorial de la Waffen-SS


La Lettonie est indignée par la décision d’une municipalité belge de démanteler le monument

Une municipalité belge a démantelé plus tôt cette semaine un monument aux légionnaires lettons de la Waffen-SS, malgré l’indignation des autorités lettones face à cette décision, a annoncé mercredi le Musée de l’occupation de Lettonie.

Le monument, qui a pris la forme d’une ruche traditionnelle lettone, a été installé en septembre 2018 à Zedelgem, dans le cadre d’un effort conjoint des autorités locales et du musée de Riga. La sculpture a commémoré les 12 000 légionnaires qui ont combattu pour Adolf Hitler contre l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alors que la Lettonie insiste sur le fait qu’elle a été forcée de collaborer avec les Allemands, beaucoup pensent que les légionnaires l’ont fait volontairement. Certains ont été détenus dans un camp de prisonniers de guerre britannique non loin de Zedelgem au milieu des années 1940.

Fin 2021, suivant les conseils d’un groupe d’historiens qui trouvaient que « La ruche lettone pour la liberté » était beaucoup trop controversée, les autorités municipales ont déclaré que l’histoire derrière la sculpture s’était avérée plus complexe qu’elles ne le pensaient, alors elles ont annoncé le début d’une « processus de réflexion » et le 31 mai, a suivi la recommandation des experts d’enlever la sculpture.

Malgré les assurances de la maire de Zedelgem, Annick Vermeulen, que les autorités communales voulaient faire face à la situation « très soigneusement, » la dispute autour du monument a provoqué de graves tensions entre la Lettonie et la Belgique.

Mercredi, le Musée de l’occupation de Lettonie a publié un communiqué indiquant que le monument avait été enlevé malgré une lettre de protestation envoyée par le président du musée au maire de Zedelgem. Dans la lettre, Dzintra Bungs a appelé « pour une révision de la décision de démanteler le monument suite à l’idée de la propagande russe de glorifier les nazis et les criminels de l’Holocauste. »

Lire la suite

Un pays de l’UE pourrait interdire les monuments soviétiques

Le 30 mai, l’ambassadeur de Lettonie, Andris Razans, a remis une note diplomatique au ministère belge des Affaires étrangères pour protester contre l’expulsion.

« La Lettonie juge inacceptable la décision annoncée tout à l’heure par la municipalité de Zedelgem de retirer le monument sans coordonner une telle action avec le Musée de l’occupation de la Lettonie », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Il a également demandé des informations précises « sur le sort futur du monument. »

Le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, a également affirmé que la « propagande russe » « avait déjà activement ciblé le monument. »

Les visions divergentes de l’histoire ont été une source de tension constante entre la Lettonie et la Russie. Moscou condamne le jour du Souvenir annuel des légionnaires lettons, le considérant comme une glorification du nazisme. Le gouvernement letton considère la période entre 1940 (quand il est devenu une partie de l’URSS) et 1991 (quand l’Union soviétique s’est effondrée) comme l’ère de « l’occupation russe » – ce que la Russie nie avec véhémence.

Actuellement, le parlement letton vise à adopter une loi qui exigerait la démolition de tous les sites et objets « glorifier le régime soviétique et nazi » dans le pays.

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page