Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Les pays concluent un accord historique pour protéger la nature – POLITICO


MONTRÉAL – Les pays ont conclu lundi un nouvel accord pour arrêter et inverser la perte de biodiversité, les gouvernements étant désormais tenus de protéger davantage les terres et les mers, de limiter les pesticides, de ralentir l’extinction des espèces et d’augmenter les flux de trésorerie des pays riches vers les plus pauvres. payer pour la préservation de la nature.

Mais le dernier accord de ce type conclu en 2010 n’a pas atteint ses objectifs et on a le sentiment que l’exécution doit être meilleure cette fois-ci.

« Maintenant, nous devons passer du papier à la mise en œuvre… c’est généralement la partie la plus difficile », a déclaré le commissaire européen à l’environnement, Virginijus Sinkevičius.

Dans le cadre de l’accord final – adopté après deux semaines d’intenses négociations lors du sommet COP15 à Montréal – les pays se sont engagés à mettre au moins 30% des terres et des océans du monde sous statut protégé d’ici 2030.

Ils ont convenu de restaurer 30 % des habitats dégradés d’ici la fin de la décennie ; stopper l’extinction des espèces menacées d’ici 2050 ; de réduire de 500 milliards de dollars les subventions nuisibles à l’environnement et de réduire la pollution, entre autres objectifs.

L’accord reconnaît également que la préservation de la nature est essentielle à la prospérité économique à long terme – la moitié du PIB mondial dépend d’écosystèmes sains – et comprend un engagement des pays riches à tripler leur financement de la biodiversité aux pays en développement.

Le ministre canadien de l’Environnement, Steven Guilbeault, a comparé l’accord à l’accord de Paris sur le climat de 2015 de l’ONU.

« C’est vraiment un moment qui marquera l’histoire comme Paris l’a fait pour le climat », a déclaré Guilbeault, l’un des co-animateurs de la conférence.

Les États-Unis sont le principal impair, car ils n’ont jamais ratifié l’accord original de 1992 et ne sont pas liés par les résultats de la COP15.

Les ONG ont largement salué le résultat – mais il y avait des mises en garde.

L’entente conclue à Montréal « donne l’espoir que la crise à laquelle fait face la nature commence à recevoir l’attention qu’elle mérite », a déclaré Brian O’Donnell, directeur de Campaign for Nature.

Mais d’autres ont déclaré que l’accord permettait encore trop facilement aux pays de se soustraire à leurs engagements.

Comme tout accord des Nations Unies, le nouveau cadre n’est pas un document juridiquement contraignant, mais pousse plutôt les pays vers des objectifs communs de protection de l’environnement.

Selon Pierre Cannet, directeur du plaidoyer au WWF France, le système de suivi et de rapport sur les progrès des pays dans la réalisation de ces objectifs manque de mordant car cela reste volontaire. Il s’est également plaint que l’accord n’oblige pas les entreprises à divulguer leurs impacts sur la biodiversité et permet à certaines espèces de se poursuivre jusqu’en 2050.

L’objectif de mettre fin à la perte de biodiversité d’ici 2030 « est loin d’être atteint », a déclaré Cannet. « Il y a beaucoup à faire pour s’assurer que les pays respectent leurs engagements. »

Certains objectifs – réduire l’empreinte écologique mondiale et garantir que la biodiversité peut être utilisée de manière durable – sont en fait plus faibles que dans le précédent accord mondial, selon Ioannis Agapakis, avocat spécialisé en environnement auprès de l’association caritative ClientEarth.

« Le retour en arrière sur ces objectifs montre que les dirigeants mondiaux n’ont pas compris la véritable importance de la biodiversité en évitant de transformer le système économique mondial et d’atténuer son impact sur la nature », a-t-il soutenu.

L’accord « n’est en aucun cas le » moment parisien « pour la nature qui nous a été promis », a-t-il déclaré, car il ne parvient pas à transformer les secteurs « entraînant le déclin rapide de la biodiversité » tels que l’agriculture intensive et l’extraction des ressources.

Donner et prendre

L’accord a également créé des divisions entre les pays riches et les pays en développement.

L’Inde et l’Indonésie ont critiqué l’objectif – fortement poussé par l’UE – de réduire de moitié le risque global lié aux pesticides et aux produits chimiques hautement dangereux d’ici 2030, affirmant que cela menaçait leur sécurité alimentaire.

Le Cameroun, l’Ouganda et la République démocratique du Congo n’étaient pas satisfaits de la décision de créer un fonds pour les projets de biodiversité dans le cadre du Fonds pour l’environnement mondial existant, affirmant qu’ils avaient besoin d’un nouveau fonds dédié pour faciliter l’accès aux liquidités.

Et bien que les pays riches aient accepté d’augmenter l’aide internationale pour la biodiversité à 20 milliards de dollars par an d’ici 2025 et à 30 milliards de dollars d’ici 2030 – soit une multiplication par trois par rapport aux niveaux actuels – les pays africains voulaient 100 milliards de dollars par an.

Le ministre camerounais de l’Environnement, Pierre Hélé, a déclaré que la Chine, qui assumait la présidence des pourparlers, avait « forcé » le résultat insatisfaisant.

Situé dans le bassin du Congo riche en biodiversité, le Cameroun « fait des sacrifices pour l’ensemble de l’humanité en se privant des ressources nécessaires à son développement » et n’a pas reçu « de compensation pour ses sacrifices », a déclaré Hélé.

Le Nigéria s’est également dit « préoccupé » par le fait que les pays en développement « sont encore une fois réduits au silence dans leur demande d’engagements financiers solides ».

La Namibie, quant à elle, a déclaré que l’accord était « un accord global finement équilibré qui rend tout le monde également mécontent, ce qui est le secret pour parvenir à un accord au sein du système des Nations Unies ».

Le ministre chinois de l’Environnement Huang Runqiu a défendu l’accord. « J’ai fait de mon mieux pour essayer de vous apporter un package équilibré », a-t-il déclaré, ajoutant qu' »il n’y a pas de formule magique pour que nous soyons tous complètement heureux ».

Pékin a été « très intelligent » dans ses tactiques de négociation, selon un négociateur européen. Lorsque l’UE a fait pression pour inclure des objectifs de conservation plus ambitieux, la présidence chinoise « a bloqué nos marges de manœuvre » et a forcé le bloc à trouver plus de financement en échange. « Ça a été très bien joué », a reconnu le négociateur.

Cela signifie que le texte final comprend une victoire pour les pays en développement – plus de financement pour la biodiversité – et une pour les pays développés, qui ont réussi à garantir l’objectif de protéger 30% de la planète ainsi qu’un cadre de surveillance solide.

« La Chine a donné un peu à tout le monde », a ajouté le négociateur.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page