Skip to content
Les ministres proposent une limite de vitesse sur les autoroutes pour réduire la consommation de carburant


La limite contribuera à réduire la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des importations de pétrole, selon les ministres régionaux de l’environnement

L’Allemagne devrait introduire une limite de vitesse sur les autoroutes, ont décidé les ministres régionaux de l’environnement du pays lors d’un vote apparemment unanime lors d’une conférence vendredi. Cette décision est justifiée par la nécessité d’économiser de l’énergie et de réduire la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des importations de pétrole et de gaz dans le contexte du conflit en cours en Ukraine, ont expliqué les ministres.

La limite de vitesse serait « une mesure peu coûteuse, rapidement implémentable et immédiatement efficace » pour réduire la consommation de carburant de l’Allemagne et la nécessité d’importer du pétrole de l’étranger, selon la déclaration conjointe adoptée par les ministres. Cette décision contribuerait également à réduire les effets des gaz à effet de serre, la pollution atmosphérique et sonore, a-t-il ajouté.

« À mon avis, les courses illimitées ne sont plus dans l’air du temps », a déclaré le ministre de l’Environnement de Basse-Saxe, Olaf Lies, qui a présidé la conférence. « Nous devons également promouvoir la protection du climat à travers une limitation de vitesse », il ajouta.

Lire la suite

L’Allemagne pourrait faire face à des pénuries d’essence

La ministre de l’Environnement de Thuringe, Anja Siegesmund (Verts), a salué l’idée comme un « mesure rapide et efficace pour économiser plusieurs millions de litres de carburant et de tonnes de CO2 par an. »

Les ministres des Länder allemands de Bavière et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avaient été réticents à soutenir la mesure, selon les médias allemands. Tous deux avaient dit qu’ils considéraient que le déménagement n’aurait qu’un « limité » effet, et ils avaient l’intention de s’y opposer « pour des raisons de proportionnalité. »

Cependant, la résolution commune, qui contenait également d’autres propositions sur la politique environnementale, a été adoptée à l’unanimité, selon Lies. La limite de vitesse a jusqu’à présent été proposée pour une « durée limitée » cela continuerait tant que le conflit en Ukraine se poursuivrait.

La déclaration commune n’a fixé aucune limite de vitesse fixe, bien que Lies ait déclaré qu’il serait favorable à un maximum de 130 km/h. La conférence des ministres n’a pas le pouvoir d’introduire la mesure, qui ne peut être appliquée que par le gouvernement fédéral. Le gouvernement du chancelier Olaf Scholz ne l’a pas inclus dans son programme politique en raison de la résistance du Parti libéral-démocrate (FDP), membre de la coalition gouvernementale dirigée par les sociaux-démocrates. Berlin n’a pour l’instant pas commenté la proposition ministérielle.

Lire la suite

Les ministres proposent une limite de vitesse sur les autoroutes pour réduire la consommation de carburant
Les industries allemandes peinent à remplacer les importations russes – sondage

L’Allemagne est l’un des rares pays à ne pas avoir de limitation de vitesse sur autoroute. En Russie, elle est plafonnée à 110 km/h ; en Espagne, au Portugal et en Belgique, la vitesse maximale sur autoroute est de 120 km/h. Aux États-Unis, les limites de vitesse varient entre 105 km/h et 140 km/h selon l’état.

Selon un récent sondage réalisé par l’Institut allemand Forsa pour le compte des médias d’information RTL et n-tv, 57 % des conducteurs allemands sont favorables à l’introduction d’une limitation de vitesse sur autoroute. La mesure est contestée à 39%. L’enquête a également montré que 85% des partisans de la limitation de vitesse pensent que cela est nécessaire pour des raisons de sécurité routière. Selon le sondage, seulement un peu plus de la moitié de ceux qui soutiennent la limite ont cité le conflit en Ukraine comme une raison majeure.

La nouvelle survient alors que Berlin s’efforce de réduire ses importations de pétrole et de gaz en provenance de Russie, conformément aux efforts de l’UE pour se sevrer des approvisionnements énergétiques russes. Avant le début de l’opération militaire de Moscou en Ukraine, 35 % des importations de pétrole de l’Allemagne provenaient de Russie. Depuis que le conflit a éclaté, l’Allemagne a réduit sa part d’importations de pétrole en provenance de Russie à 12 % contre 35 %.

Début mai, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, a averti que la partie orientale de l’Allemagne pourrait faire face à des pénuries d’essence si l’UE donnait suite à son projet d’imposer un embargo sur le pétrole russe.

Lire la suite

Les ministres proposent une limite de vitesse sur les autoroutes pour réduire la consommation de carburant
L’État de l’UE travaille sur un plan d’urgence pour l’arrêt du gaz russe – médias

La partie orientale de l’Allemagne est approvisionnée par la raffinerie de Schwedt, qui fonctionne entièrement grâce aux importations russes. C’est l’une des plus grandes installations de traitement de pétrole brut d’Allemagne et fournit 90 % de l’essence, du diesel et du mazout utilisés à Berlin et dans le Land de Brandebourg.

Vendredi, plusieurs médias ont rapporté qu’il est peu probable qu’un sixième cycle de sanctions anti-russes toujours en débat par les États membres de l’UE inclue un embargo pétrolier en raison de la résistance de la Hongrie.

La Russie a attaqué son État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.