Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Les larmes de sang de Vlad l’Empaleur : une découverte surprenante révélée par l’analyse de lettres anciennes


Il était finalement tout aussi redoutable que le foutu héros (ou plutôt anti-héros) qu’il aurait inspiré, le protagoniste du roman de l’écrivain irlandais Bram Stoker, Dracula (1897) : il s’agit de Vlad III ou Vlad Drăculea (« le fils du dragon »), redoutable prince à la tête de la Valachie, ancienne principauté de la région des Carpates qui formait alors avec la Moldavie et la Transylvanie le royaume de Roumanie.

Connu pour son règne de terreur dans les Balkans au XVe siècle, le voïvode (gouverneur militaire) Vlad Drăculea serait responsable de la mort de plusieurs milliers de prisonniers, notamment par empalement. Cela a donné ce caractère historique « pas très grand, (…) très trapu et fort, d’apparence cruelle et terrible, (avec) de grands yeux verts écarquillés (…) menaçants »selon les mots d’un légat papal, le terrible surnom de « Vlad l’Empaleur » (« Vlad Țepeș »).

Pourtant, une étude publiée dans la revue Analytical Chemistry le 8 août 2023 semble révéler de nouvelles informations sur ce sinistre décompte. L’analyse chimique de trois lettres écrites de sa main suggère qu’il aurait pu souffrir d’une maladie extrêmement rare provoquant la production de larmes partiellement composées de sang dans ses yeux verts, aujourd’hui connues sous le nom d’hémolacrie.

⋙ Et le champion du monde des ronds-points est…

Un aperçu fascinant des protéines centenaires

Pour parvenir à ces conclusions, des chercheurs du Département des sciences chimiques de l’Université de Catane (Italie) ont utilisé la spectrométrie de masse à haute résolution, une technique qui permet d’identifier la quantité et le type de composés chimiques présents dans un échantillon. sein, couplé à la technique dite « EVA » (éthylène-acétate de vinyle), méthode de prélèvement « connu pour ne pas contaminer ou endommager les documents »notent-ils dans leur étude.

De manière simplifiée, l’éthylène-acétate de vinyle, un polymère, a été soigneusement appliqué aux écrits de Vlad III. Une fois le composé chimique éliminé, il a « capté » près de 2 000 protéines anciennes de l’environnement (bactéries, virus, insectes, champignons et plantes vertes). Mais aussi, une centaine d’origines « certainement humaines », dont de nombreuses petites molécules liées à la peau, qui auraient été laissées sur place par la manipulation des papiers par le prince.

⋙ Les États-Unis prêts à déployer un deuxième porte-avions en Méditerranée orientale

Deuxième lettre datée de 1475 (III 32 N 484) examinée, portant la signature personnelle de Vlad Drăculea en bas à gauche. (a) Les matériaux bruns sont des films « EVA » utilisés pour capturer du matériel biologique ; (b) cartographie de fluorescence sous éclairage flash UV (spectrométrie de masse). Maria Gaetana Giovanna Pittalà, Antonella Di Francesco, Annamaria Cucina, Rosaria Saletti, Gleb Zilberstein, Svetlana Zilberstein, Tudor Arhire, Pier Giorgio Righetti et Vincenzo Cunsolo Article sur la chimie analytique dès que possible DOI : 10.1021/acs.analchem.3c01461 / CC-BY-NC -ND

« Une photo de l’état de santé général du comte Dracula »

La plus grande découverte cependant est venue d’une lettre écrite en 1475, qui contenait trois peptides caractéristiques de la rétine et des larmes. Sur la base de leurs propriétés, les scientifiques concluent que Vlad Drăculea « souffrait probablement, au moins dans les dernières années de sa vie, d’une pathologie appelée hémolacrie, c’est-à-dire qu’il pouvait verser des larmes mêlées de sang (…) comme le rapportent certains récits »écrivent les experts dans leur rapport.

Ils ne peuvent pas dire exactement ce qui a causé sa maladie, mais affirment qu’elle pourrait être liée à une blessure à l’œil ou à une conjonctivite bactérienne, une infection de la muqueuse de l’œil.

Dans les trois lettres, des peptides liés à des protéines impliquées dans certaines ciliopathies (dysfonctionnements des cils, structures pileuses dans les cellules) des voies respiratoires ou des maladies de la rétine, ou encore associées à des processus inflammatoires, ont également été détectés. Tant d’informations qui peuvent « fournir une image de l’état de santé général du comte Dracula »ce qui suggère qu’il pourrait avoir été causé par une inflammation du système respiratoire et/ou de la peau.

⋙ Changement climatique : des régions entières pourraient devenir inhabitables pour l’homme

Fenêtre moléculaire sur la vie en Valachie au XVe siècle

« Il est important de souligner que nous ne pouvons nier que probablement davantage de personnes médiévales ont touché ces documents, mais il est également probable que l’empreinte protéique la plus importante soit liée au prince Vlad l’Empaleur. »qualifier les spécialistes de l’Université de Catane.

De plus, soulignent-ils, les milliers d’anciennes protéines environnementales « peut aider à ouvrir une fenêtre, au niveau moléculaire, sur la vie au XVe siècle » dans la région de Valachie, particulièrement stratégique à cette époque, elle servait de point de rencontre pour les soldats, les esclaves et les marchands de toute l’Europe et du Moyen-Orient.

Parmi les Enterobacterales identifiées, bactéries comprenant des agents pathogènes présents dans le tractus intestinal et pouvant représenter une cause d’infections, certains peptides spécifiques de Yersinia pestis ont été détectés. Pour cause, si cette bactérie responsable de la peste noire a décimé 50% de la population européenne (selon les historiens) avant le règne de Vlad III, de 1347 à 1352, « il a fallu 150 ans (pour celui-ci) pour surmonter cette catastrophe »expliquent les auteurs de l’étude.

Article initialement publié le 16 août 2023.

Sur le même sujet :
⋙ Vieille de plus de 500 ans, cette lettre pourrait nous en dire plus sur Dracula
⋙ Les secrets d’un château qui aurait servi de prison à « Dracula » bientôt révélés en Roumanie ?
⋙ De l’Italie à la Bosnie, les Madones aux Larmes de Sang suscitent la fascination

GrP1

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page