les habitants d’une île malaisienne confrontés à des problèmes d’accès à l’eau

L’île malaisienne de Langkawi connaît des difficultés d’accès à l’eau en raison de la sécheresse et du vieillissement des infrastructures. Les habitants luttent chaque jour pour tenter de vivre correctement malgré tout.

Article rédigé par

franceinfo – Juliette Pietraszewski

Radio-France

Publié


Temps de lecture : 2 minutes

L’Asie du Sud-Est connaît depuis quelques semaines une intense vague de chaleur. En Malaisie, le mois de mars avait déjà été particulièrement chaud et caniculaire. La région nord du pays, dans son ensemble, est touchée par El Niño, phénomène météorologique synonyme de longue saison sèche.

Langkawi, une île au nord de la Malaisie et habitée par moins de 100 habitants 000 habitants, est particulièrement préoccupé. Cette destination, visitée par franceinfo, est prisée des touristes mais connaît des difficultés d’accès à l’eau. En cause : des mois sans pluie, mais aussi des infrastructures vieillissantes. Certains habitants s’organisent tant bien que mal pour faire face à ces problèmes.

Stocker l’eau pour faire face aux pannes

Dans son jardin, et sous des températures étouffantes en pleine journée, Norasmina, une habitante de Langkawi, ouvre son robinet. « L’arrivée d’eau est déjà coupée, il n’y en a plus, et quand on n’a pas de réservoir d’eau chez soi, c’est tout ce qu’on a. Parfois c’est encore plus lent pour le Speed. » Cette habitante, à la tête d’une famille nombreuse, s’organise pour faire face à l’absence régulière d’eau courante. « Chaque jour, la lessive me coûte 10 ringgit. L’eau minérale, par jour, je dirais que cela me coûte environ 15 ringgit. Voulez-vous aussi voir ma facture ? Parce que je dois aussi payer ma facture d’eau. »

Depuis seulement quelques semaines, cette habitante dispose désormais d’une citerne dans son jardin, dans le but de stocker de l’eau en cas de panne d’électricité. Le matériel lui a été offert par une association caritative.

« Pour moi, c’est très cher. Vous savez, ici les gens travaillent pour un salaire mensuel de 1.500 ringgit, parfois le matériel coûte 300 euros. Alors comment peuvent-ils se le permettre ? »

Norasmina, une résidente de Langkawi

sur franceinfo

Les problèmes d’approvisionnement en eau affectent différents endroits de Langkawi. Cet autre résident doit parfois payer 5 ringgits par jour pour se doucher dans un hôtel. « Depuis l’année dernière, si ma maison n’a pas d’eau pendant deux ou trois jours, je dois prendre un seau, du savon et une serviette, et je vais à la compagnie des eaux pour me laver. Il n’a pas plu ici depuis neuf mois et les canalisations fuient. Nous devons donc trouver comment résoudre ce problème. »

Problème amplifié par El Niño

De son côté, le chercheur malaisien Mohamad Faiz, spécialiste des conséquences du réchauffement climatique sur l’eau, analyse l’évolution de la situation depuis plusieurs mois dans le pays et sur l’île de Langkawi. « Le problème de l’accès insuffisant à l’eau en Malaisie est amplifié à la fois par des phénomènes naturels tels qu’El Niño, qui modifient les régimes de précipitations, et par d’importants défis infrastructurels. , c’est le niveau élevé d’eau non facturée (eau non facturée – NRW)la perte d’eau s’élève en moyenne entre 35% et 37% », il décrit. Et selon ce spécialiste malaisien, le temps presse car ces problèmes vont devenir de plus en plus fréquents à l’avenir.

Les habitants d’une île malaisienne sont confrontés à des problèmes d’accès à l’eau. Reportage de Juliette Pietraszewski.

écouter

Quitter la version mobile