Nouvelles du monde

Les femmes trans seront interdites de rugby féminin en vertu de la politique proposée par la RFU

La Rugby Football Union recommandera à son conseil de voter pour interdire aux femmes trans « assignées à un homme à la naissance » le rugby de contact féminin dans le but de « donner la priorité à l’équité de la compétition et à la sécurité des joueurs ».

Une nouvelle politique de participation des genres sera présentée au Conseil de la RFU la semaine prochaine à la suite de ce que l’organe directeur a appelé une « consultation approfondie des parties prenantes » et un « examen approfondi des preuves scientifiques ».

Depuis l’automne 2020, un total de 11 000 réponses ont été prises en compte alors que la RFU a revu sa politique actuelle avec ce qu’elle a appelé « une enquête à l’échelle du jeu ».

« La recommandation est que jusqu’à ce que de nouvelles données scientifiques soient disponibles, une approche de précaution est appropriée pour assurer une concurrence loyale et la sécurité de tous les concurrents », lit-on dans un communiqué de presse publié vendredi après-midi.

«Le Conseil de la RFU a eu accès à des informations médicales, scientifiques et sociales afin qu’il puisse examiner cette recommandation et les mérites de toute approche alternative, y compris un processus d’approbation au cas par cas.

« Cependant, l’évaluation au cas par cas n’est pas sans difficultés et peut aboutir à ce que les joueurs ne soient pas autorisés à participer. À la lumière des résultats de la recherche et des travaux de World Rugby et des UK Sports Councils, et compte tenu des difficultés à identifier un test crédible pour évaluer les variables physiologiques, il est recommandé que cette option ne soit plus viable pour le moment et ne garantisse pas nécessairement inclusion. »

« Par conséquent, le Conseil de la RFU votera sur une recommandation de changement de politique pour le rugby de contact afin de n’autoriser que les joueuses de la catégorie féminine dont le sexe enregistré à la naissance était une femme. Dans la catégorie masculine, il est proposé que les joueurs dont le sexe enregistré à la naissance est féminin peuvent jouer s’ils fournissent leur consentement écrit et qu’une évaluation des risques est effectuée.

Le communiqué continuait d’admettre qu' »une décision complexe et difficile » de recommander la séparation « n’avait pas été prise à la légère ». La RFU s’est déclarée «engagée à soutenir et à encourager les opportunités pour chacun de participer au rugby, y compris les formats de jeu sans contact et par le biais de rôles d’entraîneur, d’arbitre ou de bénévole».

Plus tôt ce mois-ci, l’ancienne nageuse Sharron Davies a critiqué la RFU pour « traîner les pieds » et retarder une décision sur une question épineuse. « Il s’agit d’un accident grave qui attend de se produire et ils ne semblent tout simplement pas se soucier du fait qu’ils risquent potentiellement de blesser les athlètes féminines, tout en tolérant le sport injuste », a-t-elle déclaré.

En octobre 2020, World Rugby a annoncé des lignes directrices recommandant aux femmes trans de jouer au rugby de contact féminin pour des raisons de sécurité au niveau international « où la taille, la force, la puissance et la vitesse sont cruciales à la fois pour le risque et la performance ».

Ross Tucker, le scientifique du sport qui a travaillé en étroite collaboration avec World Rugby, a qualifié cette décision de « développement bienvenu » vendredi après-midi.

« Chaque organisation qui a reconnu qu’il s’agit d’une question de droits conflictuels, qui a correctement recherché l’opinion des femmes athlètes / joueuses et qui a en fait examiné les preuves scientifiques, a conclu la même chose », a-t-il tweeté. « C’est un choix, pas un équilibre. Et nous voyons tous les choix.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page