Nouvelles locales

Les entreprises « zombies » dans le viseur

L’Observatoire marocain des TPME prévoit de lancer une étude sur les entreprises les plus prometteuses afin de mettre en place des mesures dédiées, notamment un meilleur accès au financement, leur permettant d’atteindre leur potentiel de croissance. Et en vue d’optimiser le soutien public au secteur privé, en partenariat avec le ministère des Finances, l’Observatoire s’apprête à dresser un inventaire des entreprises zombies (non viables) qui, pour survivre, s’appuient notamment sur les aides d’État, entravant ainsi le développement d’entreprises durables.

L’Observatoire Marocain des TPME (OMTPME) monte en puissance dans la « science des données ». L’institution travaille sur plusieurs études thématiques au service de l’accompagnement et des politiques d’accompagnement des TPE.

Parmi les plus stratégiques, il y a une étude sur les entreprises les plus prometteuses (avec un chiffre d’affaires compris entre 10 et 50 millions de dirhams). L’objectif est d’identifier le profil de ces entreprises afin de mettre en place des politiques et mesures dédiées, notamment un meilleur accès au financement, leur permettant d’atteindre leur potentiel de croissance.

L’OMTPME travaille également sur une étude analysant l’évolution des défaillances et des créations d’entreprises au Maroc entre 2014 et 2020. Cette étude vise à évaluer le cycle de vie des entreprises dans le pays afin d’identifier le profil des entreprises viables qui rencontrent des difficultés. et donc mettre en place des politiques d’accompagnement adaptées.

Et ce n’est pas tout. Dans le but d’optimiser le soutien public aux entreprises, l’Observatoire s’apprête à dresser un état des lieux des entreprises zombies au Maroc. Les entreprises « zombies » sont des entreprises d’au moins 10 ans dont le résultat d’exploitation est insuffisant pour couvrir les charges d’intérêts pendant au moins 3 années consécutives, qui consomment une partie des ressources productives et des aides de l’État et entravent ainsi le développement d’entreprises durables.

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la coopération avec la Direction des Etudes et de la Prévision Financière (DEPF) du Ministère de l’Economie et des Finances. Ce dernier a demandé à l’Observatoire de contribuer à l’étude de 3 thèmes, notamment pour mettre en place un système d’évaluation de l’efficacité des aides financières publiques en faveur des TPE.

Tous ces projets viennent d’être dévoilés lors d’une publication conjointe entre Bank Al-Maghrib et l’Alliance pour la Finance Inclusive (Alliance pour l’Inclusion Financière : AFI). Il s’agit d’une étude de cas sur l’OMTPME sur son processus de collecte de données et de définition de la TPME, dans une démarche d’inclusion financière des entreprises, notamment celles dirigées par des femmes. Rappelons que le wali de Bank Al-Maghrib est également favorable à un soutien étatique bien ciblé qui favorise les entreprises viables.

S’exprimant à l’issue du conseil d’administration de Bank Al-Maghrib en mars 2021, Abdellatif Jouahri a souligné « qu’il faut laisser mourir » les entreprises, structurellement en grande difficulté financière, et qui souffraient déjà bien avant la crise. Covid-19, pour soutenir les entreprises viables.

C’est aussi l’avis d’Euler Hermes. L’assureur-crédit estime que les mesures de soutien ont permis aux entreprises en grande difficulté financière, surnommées « entreprises zombies », de poursuivre beaucoup plus facilement leur activité tout en étant techniquement insolvables. Même si ces mécanismes d’aides d’État se justifient à très court terme, plus le processus naturel de faillite est retardé, plus les distorsions de concurrence sont pénalisantes et plus le dommage à l’économie apparaît important à moyen terme.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page