Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Les démissions au plus haut dans les entreprises françaises depuis la crise de 2008

La « grande démission » se passe-t-elle en France comme aux Etats-Unis ? Le ministère du Travail dévoile jeudi 18 août une étude de la Dares qui apporte quelques éléments de réponse. Le nombre de démissions a atteint un niveau « historiquement élevé »constate la Dares, avec près de 520 000 démissions par trimestre, dont 470 000 démissions de salariés en CDI, fin 2021 et début 2022.

Rapporté au nombre de salariés, le taux de démission a donc atteint 2,7 % au premier trimestre 2022, son plus haut niveau depuis la crise financière de 2008-2009. Ce taux reste légèrement inférieur au niveau atteint juste avant cette crise, début 2008 (2,9%), note la Dares. Il y a donc un phénomène important de départs, mais ce n’est ni « inédit, ni inattendu »ombrage les Dares.

Ces chiffres reflètent le contexte économique. « Le taux d’abandon est un indicateur cycliqueexplique la Dares dans sa note. Elle est faible pendant les crises et elle augmente en période de reprise, d’autant plus fortement que la reprise économique est rapide.

Compte tenu des incertitudes qui pesaient notamment sur l’économie, ce taux était logiquement bas pendant la crise sanitaire du Covid-19. « Les salariés ne prennent pas le risque de démissionner s’ils ne sont pas sûrs de retrouver un autre emploi par la suite », analyse Michael Orand, statisticien à la Dares et co-auteur de l’article. Les démissions de salariés en CDI sont ainsi tombées à 241.179 au deuxième trimestre 2020, alors qu’elles oscillaient entre 360 ​​et 390.000 les deux années précédentes.

Au sortir de la crise, l’économie s’est fortement et rapidement redressée, et la tendance s’est inversée. « Pendant l’expansion économique, il y a de nouvelles opportunités d’emploi, ce qui incite les gens à démissionner plus souvent »poursuit le Dares.

Alors que de nombreux secteurs, comme les services ou l’industrie, peinent à recruter, les employeurs sont tentés d’augmenter les salaires ou de faire des concessions, notamment sur le télétravail, afin d’embaucher.

« Pouvoir de négociation » aux salariés

Un taux de démission en hausse « reflète le dynamisme du marché du travail et une situation dans laquelle le pouvoir de négociation évolue en faveur des salariés »résume la Dares.

Ces démissions sont aussi synonymes d’activité. Selon les analyses de la Dares, au second semestre 2021, environ 8 démissionnaires en CDI sur 10 ont trouvé un emploi dans les 6 mois. La hausse des démissions en France n’est pas associée à un nombre inhabituel de sorties du marché du travail. Le taux d’emploi en France (68% au premier trimestre 2022) est ainsi plus élevé qu’avant la crise sanitaire. Il continue de progresser pour tous les groupes d’âge. Après une baisse au deuxième trimestre 2020 (26,9%) chez les 15-24 ans, également observable chez les 25-49 ans, le taux d’emploi des jeunes est désormais « historiquement élevé», commente Michel Orand.

Toute comparaison avec la situation outre-Atlantique serait cependant déplacée. « L’expression ‘grande démission’ utilisée aux Etats-Unis ne suit pas la situation en France, notamment parce que l’indicateur de taux d’emploi est inquiétant aux Etats-Unis, ce qui n’est pas du tout le cas ici »insiste Michel Orand.



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page