Skip to content
Les communautés autochtones reportent le retour à l’école en présentiel

Afin de freiner la transmission de la COVID-19 dans leur communauté, la Première Nation de Long Point, la Première Nation de Timiskaming près de Notre-Dame-du-Nord et le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan ont choisi de continuer l’école au moins jusqu’au 21 janvier. Les collectivités doivent réévaluer la situation la semaine prochaine.

C’est à cause de nos conditions dans les communautés, y compris la crise du logement. Plusieurs personnes séjournent dans les logements. C’est un facteur qui nous fait aller au-delà des exigences ou des directives de la province parce que nous sommes plus vulnérables au niveau de notre population. Il est de notre responsabilité de prendre ces facteurs en considération., explique Monik Kistabish, chef de la Première Nation Abitibiwinni.

Depuis le 27 décembre, 68 cas ont été signalés dans la communauté près d’Amos. Au 14 janvier, 41 cas se sont rétablis et 12 personnes sont en isolement administratif.

Nous sommes encore plus touchés par le virus Omicron, comme le reste de la population. C’est plus contagieux. Mais nous prenons toutes les mesures possibles précisément pour le contenir. Tant qu’il n’y aura pas de stabilité ou de diminution des cas, on restera au télétravail et aussi à l’école à distance.

Problèmes

Cependant, l’enseignement à distance présente des défis dans certaines communautés. A Pikogan, nous avons dû redoubler d’efforts pour trouver des ordinateurs portables aux étudiants qui n’en avaient pas.

Nous avons aussi des familles avec plusieurs élèves à l’école. Notre taux de natalité est élevé et nous avons des familles avec jusqu’à quatre enfants scolarisés en même temps. C’est aussi une autre forme de gymnastique pour les familles. Ils n’ont pas tous quatre téléphones portables. Ce sont d’autres enjeux qui ne facilitent pas l’enseignement à distance, mais quand on pèse le pour et le contre, pour nous, c’est la sécurité qui prime., plaide Monik Kistabish.

Du côté de Winneway, aux prises avec une épidémie de COVID-19, la Première Nation de Long Point a pu fournir des ordinateurs portables aux étudiants.

Nous avons acheté des Chromebooks pour les étudiants. Ils les ont ramenés chez eux. Nous avons également mis en place un kit avec tout ce dont ils ont besoin pour l’école à la maison. Nos professeurs sont en ligne et nous avons un bon pourcentage d’étudiants qui sont en ligne avec leurs professeurs, précise Leonard Polson, coordinateur du comité de gestion de la pandémie.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.