Nouvelles du monde

Les cheminots inondent le plan de départ volontaire – malgré les grèves contre les suppressions d’emplois

Un plan de licenciement volontaire pour les cheminots a été inondé de plus de 5 000 demandes, jetant le doute sur les raisons des patrons syndicaux pour lancer la grève la plus agressive depuis une génération.

Les gestionnaires ferroviaires ont sollicité des demandes de départ volontaire l’automne dernier dans le cadre des efforts visant à réduire le fardeau des contribuables causé par la pandémie.

Les chiffres vus par The Telegraph montrent que les opérateurs ferroviaires ont reçu 2 949 demandes de démission. 2 159 autres ont postulé pour le programme de Network Rail, le propriétaire des voies et des gares soutenu par l’État.

Bien que le nombre de départs volontaires recherchés par les managers soit étroitement surveillé, il est entendu que les candidatures ont dépassé les places d’environ deux contre une chez Network Rail.

Pendant ce temps, les opérateurs ferroviaires ont confirmé que « nous avons eu plus de personnes qui ont exprimé leur intérêt pour le programme que nous n’étions initialement en mesure d’accepter ».

Les chefs syndicaux ont insisté sur le fait que les programmes de départ volontaire n’avaient été proposés qu’au personnel de direction de Network Rail.

Néanmoins, le nombre de candidatures, publiées en vertu des lois sur la liberté d’information, remet en question les affirmations des chefs syndicaux «militants» selon lesquelles les dirigeants des chemins de fer imposent des suppressions d’emplois non désirées pour réduire les coûts.

Les chiffres suggèrent également que l’organisation à la tête du conflit – le syndicat des travailleurs du rail, de la mer et des transports (RMT) – est désormais confrontée à une crise existentielle alors que ses membres se bousculent pour quitter le secteur ferroviaire britannique.

Andrew Haines, directeur général de Network Rail, a déclaré: « Nous savons qu’il existe une énorme demande latente au sein de Network Rail pour que les gens partent et partent – c’est principalement une question de profil d’âge – et cela pourrait être débloqué par les syndicats.

« Sans flexibilité de leur part, nous ne pourrons pas réaliser les économies qui nous permettront d’ouvrir un plan de départ volontaire pour leurs membres. Nous espérons qu’ils s’installeront dans des négociations significatives qui pourraient rendre toute suggestion de licenciements obligatoires nulle et non avenue.

Entre 40 000 et 50 000 membres du RMT sortiront les 21, 23 et 25 juin, perturbant le festival de Glastonbury, le match test de Headingley et ceux qui se rendront aux célébrations de la Journée des forces armées le 25 juin.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page