Politique

Les appels se multiplient pour que le Parlement européen arrête la marche de Strasbourg au milieu de la crise énergétique – POLITICO


Appuyez sur play pour écouter cet article

Les appels se multiplient parmi les membres du Parlement européen pour interrompre les trajets réguliers entre les deux sièges de la chambre à Bruxelles et Strasbourg afin de conserver les ressources au milieu des craintes d’une grave crise énergétique cet hiver.

Alors que la dernière session plénière du Parlement à Strasbourg s’achève jeudi, un contingent de législateurs de différents partis fait valoir qu’ils ne devraient pas retourner dans la ville de l’est de la France. Le conservateur allemand Peter Liese du Parti populaire européen – le plus grand groupe du Parlement – ​​a écrit cette semaine une lettre à la présidente du Parlement, Roberta Metsola, l’exhortant à suspendre le trajet jusqu’en avril alors que la guerre de la Russie en Ukraine comprime l’approvisionnement énergétique du continent et fait monter en flèche les factures.

« Si on demande à chacun d’économiser l’énergie, ce n’est pas responsable de chauffer deux bâtiments et de faire des déplacements inutiles », dit Liese. «Pendant la pandémie de Corona, nous nous sommes rencontrés uniquement à Bruxelles pendant très longtemps pour une bonne raison. Pour beaucoup de gens, la crise énergétique est pire. C’est pourquoi nous devons également réagir maintenant.

La vice-présidente du Parlement, Katarina Barley, des socialistes et démocrates, a fait écho à ces propos.

« Nous devrions vérifier s’il est possible de fermer les bâtiments du Parlement à Strasbourg et combien d’énergie cela permettrait réellement d’économiser », dit Barley. « Nous sommes dans une situation d’urgence similaire à celle de l’époque du COVID, lorsque le PE à Strasbourg restait également fermé. »

Mais les Français s’opposent fermement à l’arrêt des voyages à Strasbourg : plusieurs votes ont déjà eu lieu pour tenter de modifier la configuration, qui est inscrite dans les traités de l’UE. Des responsables français, dont le président Emmanuel Macron, ainsi que des entreprises locales de Strasbourg, soulignent l’importance de Strasbourg pour le processus parlementaire européen.

En mars 2020, lors de la pandémie de COVID, feu l’ancien président du Parlement, David Sassoli, a annulé les sessions parlementaires à Strasbourg après que les autorités françaises ont désigné la région comme zone rouge du coronavirus. Les responsables français ont exprimé à plusieurs reprises leur frustration face à cette décision et les députés ont finalement repris leurs sessions à Strasbourg en décembre 2020.

Une porte-parole de Metsola a confirmé avoir reçu la lettre de Liese ainsi qu’un total de cinq messages sur les économies d’énergie. Elle prévoit de répondre, a noté le porte-parole, bien que la réponse pour Liese semble prête à être « non » pour l’instant.

Les services de presse du Parlement ont déclaré séparément que la première priorité était « que l’UE reste unie » tout en s’attaquant aux prix de l’énergie et à l’inflation en même temps. Ce sera « l’axe principal » des discussions de Metsola lors de la réunion informelle des dirigeants de l’UE cette semaine à Prague, où les politiques énergétiques seront au centre des préoccupations, a ajouté le porte-parole.

Le porte-parole a également souligné les autres mesures du Parlement pour réduire la consommation, telles que la baisse de la température à l’intérieur des bâtiments pendant l’hiver. Le Parlement a également supprimé des millions d’euros de rénovations de ses installations, y compris des projets de nouvelle moquette et d’un bar.

Là encore, alors que les températures continuent de baisser et que la pression du public sur les politiciens augmente, la perspective de se déplacer entre deux bâtiments peu chauffés et nécessitant une rénovation à environ 400 kilomètres l’un de l’autre peut susciter de nouvelles plaintes des députés.

L’argument de Liese, par exemple, a recueilli le soutien de groupes de tous les horizons politiques, comme Martin Schirdewan, coprésident de The Left Group, qui a soutenu que les deux sièges étaient problématiques avant même la crise énergétique.

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, prévoit de répondre aux lettres lui demandant de suspendre le trajet vers Strasbourg pour tous les membres, bien que la réponse semble être «non» pour l’instant | Frédérick Florin/AFP via Getty Images

« Le cirque itinérant a toujours été non écologique, a gaspillé l’argent des impôts et coûté un temps de travail précieux », a déclaré Schirdewan, ajoutant qu' »il est enfin temps d’y mettre fin une fois pour toutes ».

Daniel Freund des Verts a été un ardent défenseur de l’arrêt de la randonnée, envoyant également une lettre à Metsola il y a deux mois pour la presser sur la question. Freund a déclaré à POLITICO que chauffer et éclairer « deux immenses complexes de bureaux » alors que des millions d’Européens s’inquiètent de leurs prochaines factures de gaz « n’est pas acceptable », affirmant que le voyage mensuel à Strasbourg devrait s’arrêter « jusqu’à la fin de la crise énergétique ».

Le chef du groupe de Freund, Ska Keller, a déclaré qu’il doit y avoir « plus de mesures … prises pour réduire davantage toute consommation d’énergie inutile », ajoutant qu' »il est important d’envisager toutes les possibilités pour réduire davantage toute consommation d’énergie inutile ». Mais Keller s’est arrêté avant de reculer proposition de Freund.

Geert Bourgeois du groupe des conservateurs et réformistes européens a qualifié les allers-retours d' »exemple classique de duplication et de gouvernance inefficace », ajoutant que « ces délocalisations temporaires coûtent très cher » et volent en « contradiction totale avec le doigté de la durabilité ». remuant que le PE soulève toujours. Bourgeois a estimé que ces déplacements représentent environ 20 000 tonnes d’émissions de CO2 sur une base annuelle.

Il y a un clivage sur le sujet au sein du groupe Renew Europe, très lié à Macron.

L’eurodéputé allemand Moritz Körner s’est plaint que « chauffer et éclairer deux blocs de bâtiments simultanément à Bruxelles et à Strasbourg est une parodie des contribuables », et il a ajouté que les arrangements COVID prouvaient que le Parlement pouvait fonctionner sans le voyage à Strasbourg.

Mais un porte-parole du chef de groupe de Renew Europe, Stéphane Sejourné, de France, s’est plaint que les Verts et d’autres adoptent une « approche maximaliste du télétravail et du vote à distance », affirmant qu' »une démocratie continentale dynamique de 27 États membres nécessite de la mobilité et des réunions physiques ».

« Interroger le siège de Strasbourg est une fausse bonne idée » Le porte-parole de Sejourné a déclaré que les émissions de carbone et la consommation d’électricité ne seraient pas réduites mais plutôt relocalisées ailleurs. De plus, a déclaré le porte-parole, le bâtiment de Strasbourg est « plus économe en énergie que ceux de Bruxelles ».

Barbara Moens a contribué au reportage.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page