Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Les 49ers, meilleure équipe de la NFL


Vous ne gagnez pas le Super Bowl en octobre, mais pour le moment, aucune équipe ne semble plus proche du Saint Graal que les 49ers de San Francisco.

Toute la semaine, on parlait du duel contre les Cowboys de Dallas comme d’un choc au sommet de la conférence nationale. Au final, il n’y a pas eu de choc et encore moins au sommet dans une domination totale et complète des 49ers sur le score de 42-10.

Les Cowboys sont entrés dans le match avec la défense numéro un de la ligue en termes de points accordés. Les 49ers ont toutefois sauvagement piétiné cette défense en inscrivant plus de 30 points lors d’un cinquième match de suite pour ouvrir la saison, une première dans l’histoire de la franchise.

Le jeune quart-arrière Brock Purdy a disputé son premier match de quatre touchés en carrière. Nous y reviendrons plus tard…

L’ailier rapproché George Kittle a disputé son premier match de trois touchés. Les receveurs de passes sont non seulement talentueux, mais extrêmement physiques.

Même dans un match rare où Christian McCaffrey n’était pas un monstre de course, le jeu au sol a trouvé le moyen d’amasser 140 verges.

Et la défense dans tout ça ? Trois interceptions aux dépens de Dak Prescott, un fumble forcé et trois sacs du quarterback résument l’anéantissement brutal imposé aux Cowboys dépourvus de solutions. Le secondeur Fred Warner (huit plaqués, une interception, un sack du quart-arrière, un échappé forcé) a beau être reconnu, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas apprécié à sa juste valeur.

Dans ce duel qui n’en était pas un, les 49ers ont été l’équipe la plus agressive, la plus physique, la plus intimidante. Ils ont brisé toute forme de volonté chez les Cowboys en les frappant et en leur faisant payer le prix. Une vraie bonne fessée !

Fred Warner (54 ans) et la défense des 49ers ont célébré après que le secondeur ait forcé un échappé.

Getty Images via AFP

Purdy se lève

Revenons un instant au cas de Brock Purdy. Est-ce parce qu’il était le dernier choix du repêchage de l’année dernière que tant de fans et d’analystes des médias continuent de douter de lui ?

Oui, il y a ceux qui se réjouissent de son histoire, mais il y a aussi ceux qui prétendent que Purdy est tout simplement tombé au bon endroit au bon moment, dans un club bondé dirigé par un gourou offensif en la personne de Kyle Shanahan.

C’est une façon très simpliste de voir les choses. Il est évident que Purdy est tombé dans un environnement idéal en étant entouré de Trent Williams, Christian McCaffrey, Deebo Samuel, Brandon Aiyuk et George Kittle, mais il mérite plus de considération.

Il n’a toujours pas perdu un match en tant que titulaire, hormis celui où il s’est détruit le coude en finale de conférence contre les Eagles en janvier dernier.

Dans neuf de ses 12 matchs complets en tant que titulaire, il a lancé au moins deux passes de touché. Le pire, c’est qu’il continue de s’améliorer. Il a complété 72,1 % de ses passes cette saison, soit une amélioration de 5 % par rapport à la saison dernière. Il n’a pas encore eu d’interception cette saison. Un seul autre quart partant peut en dire autant, un autre jeune très prometteur, CJ Stroud des Texans.

Quant à l’argument selon lequel Purdy n’est qu’une marionnette de Shanahan avec son schéma offensif favorable, il faudrait expliquer pourquoi Jimmy Garoppolo, malgré sa bien plus grande expérience, n’a pas eu un impact aussi important. Ni tous les autres qui ont été appelés à jouer ces dernières années sous Shanahan, que ce soit Josh Johnson, Nick Mullens, CJ Beathard, Trey Lance ou autres.

Et ne pensez pas que Purdy est juste un gestion du jeu, comme on dit pour les pivots conservateurs. Contre les Cowboys, sur des passes de 10 yards ou plus dans les airs, il a été 7 sur 10 pour 166 yards et trois touchdowns.

Bref, les Niners semblent vraiment avoir mis la main sur un joyau.

Devant la concurrence

Les 49ers restent donc invaincus, tout comme les Eagles. Il faut évidemment aussi considérer les Eagles comme des prétendants sérieux, mais force est de constater qu’ils n’écrasent pas la concurrence comme le font les Niners, qui ont battu quatre de leurs cinq rivaux par au moins 18 points. Les Cowboys sont également considérés comme sérieux, mais ils ont juste pris une vilaine bouchée d’humilité !

Dans la conférence américaine, il y a bien sûr les Chiefs, mais il y a quelques interrogations sur l’attaque, qui n’a franchi qu’une seule fois la barre des 30 points. L’offensive des Dolphins est prouvée, mais la défense est-elle de calibre championnat ? Les Bills sont ravagés par les blessures et manquent de cohérence.

La vérité est que rien n’est gagné pour les 49ers, mais s’il fallait parier maintenant, c’est définitivement l’équipe à battre.

5 MOMENTS CLÉS

1. Cours, De’Von, cours !


Brock Purdy a déchiré la défense des Cowboys avec quatre passes de touché.

Getty Images via AFP

Les Dolphins ont définitivement réussi un vol au troisième tour du dernier repêchage en mettant la main sur le porteur de ballon De’Von Achane. Il a encore une fois démontré son incroyable vitesse en marquant un touché sur une course de 76 verges au cours de laquelle il a filé comme le vent. De plus, il en est à trois matchs de suite avec au moins 100 yards au sol et un touchdown, une première pour un porteur de ballon rookie depuis Mike Anderson avec les Broncos en 2000. Achane, qui a amassé 151 yards au sol contre les Giants, a inscrit sept touchdowns. lors de ses quatre premiers matchs dans la NFL, du jamais vu à l’époque du Super Bowl.

2. Tel père tel fils


Brock Purdy a déchiré la défense des Cowboys avec quatre passes de touché.

Getty Images via AFP

Lorsque l’offensive dort, le signal d’alarme doit venir de la défense ou des équipes spéciales. Pour les Steelers, le premier coup qui a réveillé les troupes est survenu lorsqu’un botté de dégagement des Ravens a été bloqué dans leur zone des buts, entraînant un touché de sécurité. Cependant, le jeu le plus important a eu lieu deux séries plus tard. Avec une avance de 10-8, les Ravens avaient l’occasion de mettre le match hors de portée. À la porte des buts, Lamar Jackson a vu sa passe interceptée par Joey Porter Jr, le fils du légendaire secondeur Joey Porter, qui avait aussi le don de réaliser de gros jeux pour les Steelers. Pittsburgh a repris le ballon puis a marqué le touché qui s’est avéré victorieux, lorsque Kenny Pickett a rejoint George Pickens sur 41 verges.

3. Le roi freina


Brock Purdy a déchiré la défense des Cowboys avec quatre passes de touché.

Getty Images via AFP

Les Titans et les Colts se sont livrés une bataille acharnée. Un facteur clé dans la victoire des Colts est survenu au quatrième quart alors qu’ils s’accrochaient à une avance de 20-16. Les Titans avançaient avec le ballon sur une séquence offensive productive de 70 verges lorsque le ciel est tombé. Dans une situation de quatrième essai avec un mètre à parcourir, ils ont opté pour la décision logique avec une course de leur cheval, Derrick Henry. Le roi Henry a cependant été arrêté et les Colts ont alors orchestré une séquence de 84 verges qui a englouti sept minutes et au cours de laquelle ils ont ajouté un panier à leur coussin.

4. Un vol de Hutchinson


Brock Purdy a déchiré la défense des Cowboys avec quatre passes de touché.

Getty Images via AFP

L’ailier défensif des Lions Aidan Hutchinson connaît une croissance phénoménale à sa deuxième saison dans la NFL. Non seulement il est parmi les leaders en termes de pressions exercées sur les quarts-arrières, mais il réalise de gros jeux de toutes les manières possibles. Ce fut encore le cas face aux Panthers lorsqu’il réalisa une interception très athlétique en saisissant le ballon d’une main sur une passe voilée de Bryce Young destinée à Ian Thomas. Hutchinson est le troisième joueur de l’histoire avec au moins 10 sacs et au moins quatre interceptions lors de ses deux premières saisons, après Shaquille Leonard (Colts) et Brian Urlacher (Bears).

5. Les Jets ferment la porte


Brock Purdy a déchiré la défense des Cowboys avec quatre passes de touché.

Getty Images via AFP

Les Broncos ne peuvent pas acheter une victoire. Menés 24-21 en fin de match contre les Jets, ils se sont montrés menaçants à l’approche du milieu de terrain lorsque leur rêve a pris fin. Le quart-arrière Russell Wilson a tenté d’échapper à la pression, mais Quincy Williams s’est placé derrière lui et a repoussé le ballon. Courant le long des lignes de touche, Bryce Hall a attrapé le ballon au rebond pour le ramener dans la zone des buts et donner aux Jets une avance de 31-21. C’était une victoire attendue, n’ayant plus gagné depuis la première semaine.

GAGNANTS DE LA SEMAINE

1. Les Jaguar

L’air londonien a fait beaucoup de bien aux Jaguars. Ils se sont présentés en Angleterre la semaine dernière avec un bilan d’une victoire et deux défaites. Ils reviennent à Jacksonville avec un bilan de trois victoires et deux défaites, dont une grosse performance contre les Bills lors d’une victoire 25-20.

2. Zack Moss

Quelques jours après que les Colts aient finalement accepté une prolongation de contrat avec leur porteur de ballon vedette Jonathan Taylor, c’est un autre porteur de ballon qui a rappelé qu’il ne fallait pas l’oublier. Zack Moss a brillé avec 165 verges et deux touchés lors de la victoire 23-16 contre les Titans.

3. Desmond Ridder

Le quart-arrière des Falcons n’a pas reçu beaucoup d’amour aussi tôt dans la saison, et pour cause. Alors que de plus en plus de fans réclamaient un changement, il a répondu avec son meilleur match en carrière lors de la victoire 21-19 contre les Texans, avec 329 verges, une passe de touché et un autre majeur au sol. Il a au moins le mérite de s’accrocher.

4. Ja’Marr Chase

La semaine dernière, le receveur des Bengals s’est plaint qu’il devrait avoir davantage le ballon car il était toujours ouvert. Il faut croire qu’il avait raison puisqu’il a joué un grand rôle dans la victoire 34-20 face aux Cardinals avec 15 réceptions pour 192 yards et trois touchdowns.

5. Haason Reddick

Les meilleurs se lèvent quand cela compte. C’est ce qu’a fait le secondeur extérieur des Eagles, Haason Reddick, en étouffant le dernier souffle des Rams avec deux sacs successifs aux troisième et quatrième essais.

PERDANTS DE LA SEMAINE

1. Les géants

C’est une chose de perdre, mais c’en est une autre de mettre la vie de son quarterback en danger chaque semaine. Lors de la défaite 31-16 contre les Dolphins, Daniel Jones a subi six sacs et est parti après s’être blessé au cou. Les Giants ont accordé 18 sacs en deux semaines. Dix-huit!

2. Les Patriotes

Les Pats sont méconnaissables ! Une semaine après avoir subi la pire défaite de sa carrière, par 35 points contre les Cowboys, Bill Belichick a cette fois subi sa pire défaite de sa vie à domicile, par 34-0 contre les Saints. Les Pats ont marqué un touché offensif lors des trois derniers matchs.

3. Les receveurs des Corbeaux

Pauvre Lamar Jackson ! Le résumé suggère qu’il a réalisé un match ordinaire (22 en 38, 236 yards, aucun touché, une interception) lors de la défaite 17-10 contre les Steelers, mais ses receveurs ont été pitoyables, laissant tomber sept passes. Honte à eux!

4. Les factures

La défaite contre les Jaguars, combinée à la victoire des Dolphins, fait mal. Ce qui fait le plus mal, c’est la blessure au genou subie par l’excellent secondeur Matt Milano. Une semaine après la perte de Tre’Davious White, c’est deux énormes défaites défensives coup sur coup.

5. Les Vikings

Non seulement les Vikings se retrouvent dans une situation misérable avec un bilan d’une victoire et quatre défaites, mais lors de la défaite 27-20 face aux Chiefs, ils ont perdu les services de Justin Jefferson à cause d’une blessure à la jambe. À suivre…

journaldemontreal

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page