Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

L’entreprise profite de l’engouement pour le jardinage en cas de pandémie


L’engouement pour le jardinage qui s’est manifesté pendant la pandémie a été si marqué qu’un producteur de semences biologiques de la région de Lanaudière est maintenant en pleine expansion.

Lorsque Jean-François Lévêque et Guylaine St-Vincent ont fondé les Jardins de l’Écoumène en 2002, à Saint-Damien, ils n’auraient jamais cru que les gens finiraient par s’intéresser autant à leurs graines. « A l’époque, on se croyait fous de s’intéresser aux graines à pollinisation libre et aux variétés patrimoniales », raconte M. Lévêque, en entrevue.

Les choses ont soudainement changé pendant la pandémie, explique-t-il. « Il y a eu ce discours du Premier ministre, où il a encouragé les gens à acheter local et leur a dit qu’il fallait aller vers l’autosuffisance alimentaire. Dès lors, les gens affluent vers les paniers de légumes et graines bio. Nous sommes passés de 100 commandes par jour à plus de 8 000 commandes en attente à la mi-janvier 2021. »

Le producteur se souvient qu’à cette époque, il y avait une pénurie dans tout le réseau de semences nord-américain.


L'entreprise profite de l'engouement pour le jardinage en cas de pandémie

PHOTO DE COURTOISIE / Jardins de l’écoumène

Lui et son épouse ont donc finalement pu envisager de déménager les activités des Jardins de l’Écoumène hors du sous-sol de leur résidence et de les transférer dans un nouveau bâtiment de 12 000 pieds carrés récemment inauguré. Leur équipe est passée de neuf à 28 employés. Dans ce nouveau bâtiment, un magasin de semences où les clients peuvent se faire conseiller est désormais ouvert 12 mois par an.

La société semencière estime avoir augmenté de 50 % la quantité de sachets de semences distribués au cours des trois dernières années. « Cela nous a permis d’avoir un levier économique pour présenter le projet de ce nouveau bâtiment et ainsi obtenir un financement. Avec cet espace, nous aurons les conditions pour poursuivre notre mission et mener à bien nos projets », déclare Jean-François Lévêque.

Grâce à un investissement de 4 millions de dollars, qui a permis l’achat d’équipements et la construction du bâtiment, les Jardins de l’Écoumène ont également pu acquérir un nouveau terrain à Saint-Jean-de-Matha, une municipalité voisine. L’entreprise passera ainsi d’une superficie de 3 hectares à 15 hectares en culture, multipliant d’autant la production de semences.

« Ces nouveaux jardins amèneront notre production à un autre niveau. Je ne sais pas si l’engouement pour les graines va continuer aussi intensément, car beaucoup de gens sont devenus jardiniers et se sont peut-être rendu compte que ce n’est pas si facile de faire pousser des légumes, mais il y a vraiment une prise de conscience qui s’est faite. Avec le recul, je pense que cette pandémie a été comme un exercice, une simulation de crise alimentaire, comme cela pourrait nous arriver à l’avenir. Les gens veulent être prêts pour ça », explique Jean-François Lévêque.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page