Skip to content
L’entraîneur du Super Rugby des Queensland Reds, Brad Thorn, répond à une source de Rugby Australie le qualifiant de « pas un joueur d’équipe »




En tant que joueur, dans les deux codes du rugby, Brad Thorn n’a jamais reculé, gagnant l’admiration générale pour avoir foncé tête première dans le conflit pour le bien de son équipe.

Sur le terrain, il savait toujours où se trouvait l’ennemi. Il n’est donc pas étonnant que l’ancien joueur bourru des All Blacks et des Kangaroos se soit senti aveuglé par une «source hautement placée de Rugby Australie» anonyme – selon les mots de Wayne Smith dans le SMH – qui l’a sorti de l’ombre cette semaine.

Dans une histoire autrement agréable sur les ambitions de Thorn de diriger un jour les Wallabies, l’entraîneur des Queensland Reds s’est coupé un couteau entre les côtes.

« Dans le contexte d’obtenir de plus grands changements autour de l’entraînement de haute performance, Thorn n’a pas été bon de travailler avec », a déclaré la source à Smith.

« Il n’a pas été un joueur d’équipe. Il n’est pas nécessaire de prendre une décision maintenant, mais il ferait mieux de changer cela – et rapidement.

Le chef du QRU, David Hanham, a fait part de ses inquiétudes au PDG de la RA, Andy Marinos, au sujet de l’incident, tandis que Thorn en a parlé lors de sa conférence de presse jeudi.

« C’est toujours intéressant quand quelqu’un dit quelque chose comme ça, mais s’il n’y a pas de nom, à qui est-ce que je parle ? » dit Thorn.

« Si quelqu’un proche de moi, mon personnel ou ma famille me critiquait de cette façon, ça fait mal, mais à qui parlez-vous ?

« De ma carrière de joueur, en ligue et en union, je ne marquais pas beaucoup d’essais ou de trucs éclairs, j’étais souvent en tête dans des pannes ou en prenant des coups en ligue – plus des trucs d’équipe.

« J’ai été important dans l’équipe ici. Je ne sais pas vraiment quoi dire.

Rejoignez Brett McKay, Harry Jones et l’invité spécial Paul Cully alors qu’ils examinent les grands problèmes du Super Rugby dans le podcast Roar Rugby.

Thorn a déclaré qu’il pourrait continuer toute la journée sur la façon dont lui et son personnel avaient communiqué avec l’entraîneur des Wallabies Dave Rennie et d’autres membres du personnel de Rugby Australie, mais préférerait que ce ne soit pas un sujet de discussion.

« Pourquoi dois-je en parler. Je vis juste ma vie en faisant mon truc », a déclaré Thorn. « C’est ennuyant. Je suis heureux de parler de quelque chose si quelque chose me tient à cœur, de discuter, de communiquer, mais si vous n’avez pas de nom pour cela…

«Ça craint pour moi que je sois ici en train de parler de ça.

« Je viens de dire ce que j’aimerais penser que la plupart des entraîneurs de Super Rugby en Australie diraient – ils tiennent les Wallabies et le rôle d’entraîneur en haute estime, ce serait un honneur, un privilège et une responsabilité si jamais vous aviez cette opportunité.

« Un jour sur la piste, qui sait où vous vous retrouveriez – peut-être ne pas entraîner les Wallabies mais faire autre chose dans votre vie. Peut-être rester entraîneur – et ne serait-ce pas une chose positive de représenter votre pays de cette façon ?

« Ce sont les mots que j’ai dit et mon nom est à côté. »

: (Photo de Chris Hyde/Getty Images)

« Au nom de la Queensland Rugby Union, je voudrais réfuter les récents commentaires d’une source anonyme de Rugby Australia en Le Sydney Morning Herald« , a déclaré Hanham.

« C’est décevant de voir ces commentaires et après avoir lu ceci, j’ai fait part de mes préoccupations au PDG de RA, Andy Marinos, et il suivra directement.

« Du point de vue du QRU, Brad fait un travail formidable ici dans le Queensland en dirigeant notre programme de football et en développant nos joueurs pour qu’ils soient mieux préparés au succès national et international avec les Queensland Reds et Wallabies. »

Pour l’instant, Thorn est impatient de reprendre le travail à accomplir, pas celui qui pourrait éventuellement être à sa portée à l’avenir.

Il préparait son équipe pour un match contre les Rebels ce week-end, avec l’ancienne star de Melbourne Storm Suli Vunivalu faisant son retour pour la première fois cette saison.

« Il est excité mais aussi un peu nerveux, mais c’est normal, il est absent depuis longtemps », a déclaré Thorn. «Nous sommes vraiment très heureux pour Suli. C’est vraiment un bon gars – bon sang, c’est un spécimen, n’est-ce pas ?

«Nous espérons juste qu’il passera le match. Il n’y aura pas de pression sur lui – profitez du match et nous passerons à autre chose.

Vunivalu est considéré comme un membre potentiel de l’équipe de Coupe du monde de Rennie, mais avec son contrat à la fin de cette année, il est question qu’il pourrait retourner dans la ligue de rugby.

«Je veux juste le voir sortir et jouer au foot. Vous faites toute cette rééducation, des mois et des mois, faites tout cet entraînement… Le foot n’est pas une question d’entraînement et de rééducation sans fin, c’est de jouer. J’espère qu’il pourra juste sortir et profiter d’un match de foot – c’est un bon résultat à mon avis.

Thorn a également amené Stephen Moore, ancien talonneur des Wallabies, âgé de 39 ans, au camp d’entraînement en tant que couverture des blessures à court terme avec les Reds contre quelques talonneurs.

« Je l’ai approché. Nous avons perdu quelques prostituées. Nous récupérons George Blake dans une semaine, donc juste pour couvrir la semaine. C’est une bonne chose d’avoir un gars expérimenté comme lui – plus de 100 joueurs de test et de Super Rugby et un vrai Queenslander et super de l’avoir autour.

« Steve a du travail donc ça va probablement bien pour une semaine ou deux mais il a des engagements. Mais j’imagine que c’est une chose cool pour lui aussi. Lorsque vous êtes un joueur plus âgé, vous pouvez jouer quelques matchs, mais si on vous demande de jouer quatre ou cinq matchs d’affilée, cela peut devenir un défi.



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.