Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

le XV de France qualifié pour les quarts de finale après sa victoire écrasante contre l’Italie

Les Bleus ont remporté vendredi une quatrième victoire en autant de matches de phase de poules et terminent en tête de leur groupe pour la première fois depuis vingt ans.

Le contrat est rempli pour le XV de France. Les Bleus ont décroché leur billet pour les quarts de finale de leur Coupe du monde à domicile en battant l’Italie lors de la dernière journée de la phase de poules (60-7), vendredi 6 octobre, au Groupama Stadium (Lyon). De quoi s’offrir un victoire éclatante, la plus large de son histoire contre la Squadra Azzurra, complétant une phase de groupes parfaite et prenant la première place pour la première fois depuis 2003.

C’était le match à ne pas perdre, au risque de rentrer à la maison, et les Bleus n’ont pas cédé. Deux semaines après la défaite historique infligée à la Namibie, les joueurs du XV de France s’offrent un nouveau festival offensif (huit essais). Pas perturbés par l’aura de huitièmes de finale qu’avait le match, les Bleus sont restés confiants en leurs forces pour transpercer la défense italienne dès la 2e minute et entendre la première Marseillaise descendre des tribunes.

Jalibert en maître à jouer

Sans Antoine Dupont, de retour de blessure et forfait pour le match, les Français n’ont pas manqué de vivacité et de créativité. Notamment grâce à l’autre membre de la charnière, Matthieu Jalibert. Impliqué sur les quatre essais français en première période, avant d’aller s’aplatir au retour des vestiaires, le Bordelo-Béglais s’est montré très juste et inspiré, à l’image de son coup de pied parfait pour Damian Penaud sur le quatrième essai français, malgré un tacle italien au moment de relâcher le ballon.

Au lendemain de son ouverture du score, le XV de France tout entier s’est appuyé sur sa rapidité et son explosivité pour venir à bout d’une Nazionale débordée. A l’arrivée, les ailiers français ont également été performants. Damian Penaud réalise un doublé et porte à 35 son nombre total d’essais sous le maillot français, ce qui fait de lui le deuxième meilleur buteur français de l’histoire. Louis Bielle-Biarrey continue d’impressionner et inscrit, à vingt ans, son cinquième essai pour sa sixième sélection. Ils ont ensuite été relayés par la très bonne entrée des finisseurs, Yoram Moefana en tête, auteur d’un doublé en dix minutes.

Plein de confiance avant une pièce de choix en quarts de finale

Non aidés par la sortie de leur feu follet Ange Capuozzo à la demi-heure de jeu, les Italiens ont souffert sans pouvoir répondre pendant la quasi-totalité du match, ne trouvant la faille qu’à la 70e minute avec un essai pour honneur. Dépassés dans le jeu, ils n’ont même pas su capitaliser sur les rares erreurs des Français, tenus à une discipline de fer (seulement 6 penaltys encaissés, soit trois fois moins que lors de la dernière opposition entre les deux pays en février).

Il en faudra au moins autant pendant la période des quarts de finale, où un gros calibre attend normalement les Bleus : a priori soit l’Afrique du Sud, championne du monde en titre, soit l’Irlande, numéro 1 mondial (à moins que l’Ecosse déjoue tous les pronostics). Mais à Selon le parti du Groupama Stadium, plusieurs dizaines de milliers de personnes croient déjà à une issue heureuse.

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page