Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Le taux de recouvrement cumulé dans le cadre de la résolution de l’insolvabilité tombe à 30,18 % au cours du trimestre de septembre : rapport


Sur les réclamations de Rs 7,90,626.2 crore des créanciers financiers admises par divers bancs du National Company Law Tribunal (NCLT), seuls Rs 2,43,452.5 crore ou 30.18 pour cent ont été récupérés jusqu’à la fin du T2 FY23, selon une analyse de Données IBBI réalisées par Care Ratings. Le taux de recouvrement global implique une décote d’environ 70 % pour les prêteurs.

Le taux de recouvrement cumulé dans le cadre des processus de résolution de l’insolvabilité des entreprises criblées de dettes est tombé à 30,18% à la fin du trimestre de septembre, indiquant que les prêteurs ont pris plus de décote sur leur exposition, montre une étude.

Le taux de récupération a fortement chuté depuis un pic de 43 % au premier trimestre de l’exercice 2020.

Sur les réclamations de Rs 7,90,626.2 crore des créanciers financiers admises par divers bancs du National Company Law Tribunal (NCLT), seuls Rs 2,43,452.5 crore ou 30.18 pour cent ont été récupérés jusqu’à la fin du T2 FY23, selon une analyse de Données IBBI réalisées par Care Ratings.

Le taux de recouvrement global implique une décote d’environ 70 % pour les prêteurs.

Le Conseil indien de l’insolvabilité et de la faillite (IBBI) est une institution clé dans la mise en œuvre du Code de l’insolvabilité et de la faillite (IBC), qui prévoit une résolution liée au marché et limitée dans le temps des actifs en difficulté.

Le taux de recouvrement cumulé a suivi une tendance à la baisse, passant de 43 % au premier trimestre de l’exercice 2020 à 32,9 % au quatrième trimestre de l’exercice 22, car des résolutions plus importantes ont déjà été exécutées et un nombre important d’affaires liquidées étaient soit des affaires du Conseil pour la reconstruction industrielle et financière (BIFR) et / ou disparu avec un temps à haute résolution, selon le rapport.

Il y a également eu une baisse du nombre de cas adressés/admis par le NCLT depuis le S2 FY21.

Depuis la mise en place de l’IBC en 2016, près de 5 893 entreprises ont été admises par les différents bancs du NCLT. Parmi ces dossiers, les créanciers opérationnels ont déposé 3 008 dossiers, soit un peu plus de 50 %, et les créanciers financiers ont déposé 2 531 dossiers, soit environ 45 %. La part des entreprises débitrices est restée la plus faible, à environ 3 % en septembre 2022.

La part des différents secteurs est restée largement constante par rapport à la période précédente, le secteur manufacturier représentant le plus élevé avec 39 % de l’ensemble des cas, suivi de l’immobilier (21 %), de la construction (11 %) et du commerce (10 %). pour cent).

Le statut des affaires est resté largement constant par rapport à la période précédente. Sur le total de 5 893 cas admis en septembre 2022, seuls 9 % se sont soldés par une résolution. Sur le total des cas admis, pas moins de 1 807 se sont soldés par une liquidation (31 %), selon l’étude.

Environ 14 % (846 affaires) ont été clôturées en appel/révision/règlement, tandis que 11 % ont été retirées. En termes de valeur cumulée, le total des créances admises des créanciers financiers s’élevait à Rs 7,90,626.2 crore au T2 FY23, contre Rs 6,84,901.3 crore en mars 2022. L’ajout supplémentaire au cours du T2 de cet exercice était de Rs 10,121.5 crore.

L’argent cumulé récupéré par les créanciers financiers s’élevait à 2 43 452,5 crores de roupies en septembre 2022, contre 2 25 293,8 crores de roupies en mars 2022. L’ajout au deuxième trimestre s’élevait à 3 054,4 crores de roupies.

Le retard dans la résolution, qui afflige le processus depuis le tout début, reste un défi. Sur les 1 944 cas en cours, pas moins de 63 % ont été retardés de plus de 270 jours en septembre 2022, contre 73 % en septembre 2021.


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page