Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Le Sénat facilite les expulsions d’étrangers dangereux.


« Chaque année, il y a 2 500 étrangers criminels que j’arrive à expulser du territoire français et 4 000 étrangers que je ne peux pas expulser car ils font partie de ces réserves », expliquait Gérald Darmanin au moment où le Sénat commençait à examiner l’article 9 du code de l’immigration. la loi. . facture. Article qui vise à faciliter la levée des protections contre les expulsions et interdictions sur le territoire français, à l’égard des étrangers ayant fait l’objet d’une condamnation définitive ou qui représentent une menace pour l’ordre public.

« Ces exceptions menacent les Français »

Il existe en droit français plusieurs régimes de protection absolue ou relative. L’une d’entre elles a été largement évoquée lors de l’attentat d’Arras. Son auteur, Mohammed Mogouchkov, citoyen russe arrivé dans le pays avant l’âge de 13 ans, a bénéficié d’une protection absolue. « Cet individu ne pouvait pas être expulsé (…). Les Français ont vu que nous avions une règle : l’expulsion des étrangers dangereux, mais que cette règle avait été complètement déformée par des exceptions. Ces exceptions menacent les Français», a dénoncé le président du groupe LR, Bruno Retailleau.

Cependant, il est actuellement possible de lever ces protections, dans des cas précis, en cas d’atteinte aux intérêts fondamentaux de l’État, d’activités terroristes, d’actes de provocation explicite et délibérée de discrimination, de haine ou de violence contre une personne ou un groupe déterminé. . des gens.

Le projet de loi initial dans son article 9 assouplit le régime de protection absolue lorsque l’étranger a été définitivement reconnu coupable de crimes et délits punis d’une peine d’au moins dix ans de prison, et de cinq ans pour le régime de protection relative (par exemple un étranger ). père d’un enfant français). Selon la Commission des lois du Sénat, le montant de la peine est porté à cinq ans pour le régime de protection absolue et à trois ans pour le régime de protection relative.

Bruno Retailleau a souhaité aller plus loin en présentant un amendement visant à supprimer toutes les protections, à l’exception des mineurs, de la mesure judiciaire d’interdiction de territoire (ITF) (voir notre article) et de la mesure administrative d’éloignement. « Il appartient au juge de l’ITF ou à l’administration de l’ordre d’expulsion de mettre le curseur sous le regard des tribunaux », a-t-il justifié.

« Nous avons une difficulté constitutionnelle concernant la levée brutale des protections »

Le co-parrain centriste, Philippe Bonnecarrère, l’a invité à le retirer. « Nous avons une difficulté constitutionnelle concernant la levée brutale des protections (…) Le Conseil constitutionnel nous impose de procéder à une conciliation équilibrée entre la protection de l’ordre public et le droit de mener une vie familiale normale », a-t-il souligné avant d’avertir : « J’attire votre attention sur le fait qu’une censure de la part du Conseil constitutionnel est probable et que nous ne serons pas en reste. » Une référence aux autres amendements présentés par la majorité sur cet article.

Prudent, Bruno Retailleau a accepté de le retirer.

A l’origine, l’article 9 prévoyait également la levée des protections contre les étrangers responsables de violences sur leur conjoint ou leurs enfants. Un amendement de la comarraine LR Muriel Jourda ajoute des ascendants. C’est encore une réponse à l’attentat d’Arras. Son auteur avait été traduit en justice dans une affaire de violences sur sa mère.

Un autre amendement adopté en séance publique et défendu par Roger Karoutchi (LR) lève les protections contre les étrangers en situation irrégulière. La sénatrice LR Marie-Do Aeschlimann a approuvé un amendement qui lève les protections contre les auteurs de violences envers les élus, policiers, pompiers, soignants, magistrats, avocats ou enseignants.

Enfin, le ministre de l’Intérieur a approuvé en séance une nouvelle exception aux régimes de protection des étrangers en cas de « violation délibérée et particulièrement grave des principes de la République ».


Gn fr loc

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page