Skip to content
le Royaume-Uni comme fer de lance de la sécurité européenne

Ce sera une première, samedi soir 14 mai à Berlin. Les ministres des Affaires étrangères de la Finlande et de la Suède, les deux pays candidats à l’adhésion à l’OTAN, participeront au dîner de travail avec leurs trente collègues des pays de l’Alliance. Les trente ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN se retrouvent pour une réunion informelle, samedi 14 et dimanche 15 mai, dans la capitale allemande.

→ ANALYSE. OTAN : Moscou promet de s’adapter en cas d’adhésion de la Suède et de la Finlande

En plein bouleversement de l’ordre sécuritaire européen, la guerre déclarée par la Russie à l’Ukraine accélère le retour des États à une logique d’alliance pour assurer leur protection et leur sécurité. Le Parti social-démocrate au pouvoir en Suède se prononcera dimanche 15 mai sur son adhésion à l’Otan, une décision qui devrait ouvrir la voie à une annonce rapide de la candidature suédoise. La Finlande doit officialiser sa candidature dimanche, après le feu vert donné, le 12 mai, par le président et son premier ministre, à l’adhésion  » sans délai «  à l’Alliance.

Un nouveau concept stratégique

Les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN réaffirmeront également leur soutien à l’Ukraine et prépareront le sommet de l’organisation, prévu fin juin à Madrid. Les chefs d’État et de gouvernement de l’Alliance doivent adopter un nouveau concept stratégique, censé prendre en compte les nouveaux défis sécuritaires et définir les réponses politiques et militaires.

Dans ce nouvel environnement stratégique, le Royaume-Uni, jusque-là monopolisé par le Brexit, effectue un retour remarqué sur la scène euro-atlantique. A la pointe du soutien militaire à l’Ukraine (des armes antichars ont été livrées par Londres avant même le début de l’invasion), Londres entend jouer un rôle de premier plan dans la sécurité européenne. « La Grande-Bretagne a accordé à l’Ukraine plus d’aide militaire qu’à tout autre pays de l’Union européenne », a-t-il ajouté. souligne Eoin Drea, chercheur au Wilfried Martens Center for European Studies.

→ ANALYSE. OTAN : la Suède cherche des garanties entre candidature et adhésion

Premier dirigeant d’Europe occidentale à se rendre à Kiev après l’invasion russe et à s’adresser au Parlement ukrainien, Boris Johnson estime que les pays occidentaux devront continuer à aider l’Ukraine sur le long terme, même si elle ne devient pas membre de l’Atlantique. Alliance, en lui fournissant  » depuis Armes compatibles avec l’OTAN, formation et partage de renseignements d’une qualité et d’une quantité telles que personne n’envahira plus jamais l’Ukraine ».

Un acteur clé de la défense européenne

Le Premier ministre britannique s’est rendu mercredi 11 mai en Suède et en Finlande pour signer un accord de défense et de protection mutuelle avec les deux pays nordiques. Une manière pour le Royaume-Uni de se positionner comme un acteur incontournable de la défense européenne, même si le gouvernement a refusé de signer un partenariat de défense et de sécurité avec l’Union européenne.

→ LIRE. Guerre en Ukraine : la Finlande, porte de sortie pour les Russes

Partage de renseignement, cybersécurité, exercices militaires conjoints : cet accord est censé donner une garantie de sécurité à la Suède et à la Finlande dans l’intérim entre leur candidature et leur entrée formelle dans l’Alliance atlantique, qui pourrait prendre plusieurs mois. Les responsables finlandais et suédois anticipent le risque d’une campagne prolongée et intense de guerre « hybride », c’est-à-dire de cyberattaques sur des infrastructures critiques, d’incursions d’avions de combat russes et de campagnes de désinformation.

Partenariat avec la Suède et la Finlande

Ce partenariat permet également à Londres de s’affirmer comme l’un des défenseurs les plus actifs des flancs nord et est de l’OTAN. En 2017, la Suède et la Finlande ont rejoint le Joint Expeditionary Force, un groupe de dix États autour de la Baltique et de la mer du Nord qui mène des exercices militaires conjoints depuis 2014 et coopère dans la lutte contre les cyberattaques et les attaques hybrides. .

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.