Skip to content
Le Royaume-Uni approuve le vaccin du laboratoire franco-autrichien Valneva

Londres autorise enfin le vaccin anti-Covid du laboratoire franco-autrichien Valneva, sept mois après la résiliation d’un contrat portant sur 100 millions de doses. Il s’agit du sixième vaccin Covid-19 à être autorisé dans le pays.

Le vaccin Covid-19 de Valneva a été approuvé par le régulateur britannique, la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA), une nouvelle rassurante pour le laboratoire franco-autrichien après la résiliation de son contrat avec le gouvernement britannique.

« Le vaccin Covid-19 développé par Valneva a reçu aujourd’hui l’approbation réglementaire de la MHRA », a annoncé jeudi 14 avril l’agence dans un communiqué affirmant que le régulateur britannique était le premier au monde à l’approuver.

>> À lire aussi sur France24.com : « Suppression des brevets sur les vaccins anti-Covid : la question qui fâche au sommet UE-UA »

Valneva avait déjà reçu l’autorisation d’utiliser en urgence le VLA2001 au Royaume de Bahreïn, qui lui a acheté un million de doses.

Il s’agit du sixième vaccin contre le coronavirus à être autorisé au Royaume-Uni, rejoignant ceux d’AstraZeneca, Pfizer, Moderna, le Janssen à dose unique (Johnson & Johnson) et Novavax.

Résiliation d’un contrat

Cependant, son utilisation reste incertaine. Cette autorisation intervient sept mois après une énorme déception pour le groupe : la résiliation par le gouvernement britannique d’un contrat portant sur 100 millions de doses.

Le gouvernement a alors invoqué un manquement de Valneva à ses obligations, ce que le laboratoire a contesté.

La campagne de vaccination anti-Covid a aussi désormais clairement marqué le pas au Royaume-Uni, durement touché par la pandémie de coronavirus avec plus de 171 000 morts.

Plus de 92 % de la population âgée de 12 ans et plus ont déjà reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19, 86,2 % une deuxième dose et 67,8 % une dose de rappel.

« La Commission indépendante des médicaments à usage humain et son groupe de travail d’experts sur le Covid-19 ont soigneusement examiné les preuves disponibles et […] le rapport bénéfice/risque est positif », a déclaré le professeur Munir Pirmohamed, président de cette commission, cité dans ce communiqué.

Il a précisé que pour ce vaccin « deux doses [étaient] nécessaire avant qu’une réponse anticorps robuste ne soit déclenchée. Cela signifie que les gens devront être informés que la protection ne commencera qu’après deux doses. »

Usine en Ecosse

Entreprise de quelque 800 salariés historiquement basée à Saint-Herblain, près de Nantes (ouest de la France), où elle possède ses laboratoires, Valneva dispose de trois sites hors de France. Parmi celles-ci, une usine à Livingston, près d’Edimbourg en Ecosse, dédiée à la production de substances actives pour vaccins, dont celle de sérum contre le Covid-19.

Son vaccin Covid-19 utilise la technologie bien connue des virus inactivés, un procédé qui crée une réponse immunitaire chez les patients en leur injectant un virus entier, privé de sa capacité à nuire. C’est la même technologie qui est utilisée dans son vaccin contre l’encéphalite japonaise.

Il peut être conservé à la température des réfrigérateurs classiques, ce qui facilite son utilisation.

Au Royaume-Uni, il peut être utilisé chez les personnes âgées de 18 à 50 ans, les première et deuxième doses étant prises à au moins 28 jours d’intervalle.

L’autorisation intervient alors que le nombre de décès liés au coronavirus enregistrés chaque semaine en Angleterre et au Pays de Galles continue d’augmenter, bien que toujours bien en deçà des niveaux observés lors des vagues précédentes du virus.

Le laboratoire a également signé un accord avec la Commission européenne pour la fourniture d’un maximum de 60 millions de doses sur deux ans en 2022 et 2023.

Avec l’AFP


France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.